C’est donc à Paris que Ghinzu a débuté sa deuxième tournée européenne en l’espace de quelques mois. Le concert a lieu, cette fois, dans un Elysée-Montmartre bondé où l’on peut déjà mesurer à quel point la popularité du groupe a augmenté depuis leur dernière représentation dans la région parisienne, en novembre dernier.

La première partie est assurée par The Film dont tout le monde connaît probablement le single à paraître, Can You Touch Me, qui a été choisi pour une pub Peugeot. Entre un chanteur aux faux airs d’Alex Kapranos et un saxophoniste dont la participation se résume à une ou deux notes inaudibles ou fausses par morceau, le groupe offre donc un show particulièrement ennuyeux et dénué de toute originalité. Ce type de rock dansant a déjà été entendu des dizaines de fois et s’avère ici bien pâle et peu entraînant, manquant cruellement de consistance. A oublier donc, à part, peut-être, quelques riffs qui auront fait bouger des pieds pendant une poignée de secondes.

Les membres de Ghinzu font alors leur entrée, accompagnés comme toujours de la musique de Star Wars, et cette fois portant des masques de singe à la place de leurs célèbres perruques bouclées. Ils enchaînent alors sur Blow en passant rapidement sur la partie la plus calme du morceau. La suite de la set-list ne crée pas de surprise puisqu’elle reste inchangée depuis leur précédente tournée mais l’interprétation qu’ils en font s’avèrera quelque peu différente.

Le groupe semble plus à l’aise sur scène, chacun se lâche au fur et à mesure du concert, offrant une énergie grandissante à des compositions qui baignent dans une atmosphère différente en live. L’aspect romantique de l’album est laissé de côté au profit d’une attitude bien plus cynique et énervée. Ghinzu, s’ils se montraient quelque peu réservés lors de leur dernier passage, ont cette fois une attitude beaucoup plus déjantée, à la limite du je-m’en-foutisme, et communiquent davantage avec leur public, mais toujours avec cet accent presque prétentieux en arrière plan.

Ils sont devenus des rock star à qui les groupies lancent leur string et ils le savent. Leur show se montre alors bien plus spectaculaire et énergique que précédemment, mais leur comportement saura sans doute en agacer plus d’un.

Chroniqueur
  • Publication 124 vues1 février 2005
  • Tags
  • Partagez cet article