Cela faisait deux ans que les Pretty Girls Make Graves n?avaient pas joué en France, et leur joie de revenir dans la capitale est visible. Leur goût prononcé pour notre doux pays peut d?ailleurs être perçu dans le choix du titre de leur dernier album : « Elan Vital » (en français dans le texte).

Après une première partie bien timide qui n?aura que moyennement réussi à capter l?attention des spectateurs, les Pretty Girls Make Graves débarquent enfin. Changement radical de décor : emmené par la voluptueuse Andrea Zollo, le quintet de Seattle envoi un show court mais intense tel qu?on aimerait en voir plus souvent. A l?heure où les chanteurs à l?allure blasée sont à la mode, voilà enfin un groupe qui ne succombe pas à cette tendance et montre un vrai plaisir à monter sur scène et à communiquer avec son public.

Faisant la part belle aux anciens morceaux, et notamment à ceux de leur second album, « The New Romance », le groupe explose et balance une énergie électrique à la figure d?un public qui le suit sans résistance. C?est aussi l?occasion de découvrir les compositions issues de leur tout nouvel album. Petite déception sur ce point : ces morceaux passent moins bien que leurs prédécesseurs et font pâles figures face à des bombes auditives telles que Blue Lights. Serait-ce parce que ces nouvelles créations ne sont pas encore assez rodées en live ?

On ne peut de toutes façons pas leur en vouloir pour ce faux pas presque minime. Après tout, c?est bien connu : on pardonne tout aux jolies filles?

Chroniqueur
  • Publication 164 vues6 avril 2006
  • Tags
  • Partagez cet article