On a aussi écouté Charles-Eric Charrier – L’Eté

Charles-Eric Charrier est un musicien rare, compositeur libre, guidé par la seule force de sa création. Laquelle ne cesse de se développer, et d’embrasser des univers où la musique semble se fondre dans la poésie. Et vice-versa.

Avec « L’Eté », Charles-Eric Charrier n’a jamais été aussi proche de cette œuvre globale, inclassable par essence, mais reliée intensément et puissamment à la littérature, à la danse, à la musique, à la photographie.

Les 6 pièces composant « L’Eté » sont intimement forgées pour trouver leur place auprès d’un recueil de 121 textes, autant de poésies minimalistes. Un chant plus proche d’une voix intérieure qui se pose sur des musiques qui, elles, se rattachent à un souffle, une pulsion.

La belle et fascinante étrangeté qui parcourt tout le disque agit au fil des écoutes comme un guide. Peu à peu, conduit par la voix et les mots de Charles-Eric Charrier, l’auditeur pénètre dans un territoire musical totalement singulier. La basse contemplative du musicien érige de véritables paysages sonores, impose des climats et des textures hypnotiques.

Ce que l’on écoute n’a ainsi plus grand-chose à voir avec de la musique formatée, il s’agit plutôt ici d’expérience spirituelle, sensorielle. Et c’est exactement ce que recherche Charles-Eric Charrier. Trouver, pour ne pas écrire retrouver, l’essence, le geste essentiel qui anime la musique. Avec « L’Eté« , c’est infiniment réussi. Le disque est une couleur, une sensation, une ouverture sur autre chose. De plus beau, de plus grand, de plus apaisé qu’une simple collection de chansons. Comme un accomplissement.

 

Yan
Chroniqueur
Charles-Eric Charrier - L'Eté