On a aussi écouté La Féline – Vie Future

L’univers de La Féline ne cesse depuis ses premiers pas de se densifier, d’atteindre une sorte de perfection pop, dans ce que le terme a de plus complexe, et paradoxalement, de plus accessible. De son érudition spectaculaire, La Féline semble ne retenir que l’essentiel lorsqu’elle compose des chansons. L’essentiel, c’est-à-dire l’émotion, ce mystère ténu qui porte des compositions lumineuses ou d’une sombreur bouleversante.

Avec la « Vie Future », l’artiste offre des chansons forgées dans une intimité renversante. Ces malheurs et bonheurs qui se succèdent, sans que ne l’on parvienne jamais à les maîtriser tout-à-fait. Au plus près de la mort et de la vie, de l’immensité cosmique à l’infiniment petit, de l’incompréhensible aux fulgurances de la conscience.

De la naissance à la disparition, de nos vies minuscules au devenir de l’humanité, l’album trace une ligne indélébile, comme une cicatrice magnifique. Un disque propulsé par une musique qualifiée de spatiale, et par cette voix à la pureté incomparable.

Un son époustouflant travaillé dans ses moindres détails, connecté aux pulsations d’un monde aussi fascinant qu’effrayant. L’amplitude des compositions atteint parfois la puissance sonique de Depeche Mode – l’incroyable « Visions de Dieu » -, et confère à l’album une aura spectaculaire.

« L’avenir est précieux », comme cette « Vie Future », merveilleux voyage sidéral et sidérant dans les affres d’une existence belle et maudite. Rarement la pop n’a sonné aussi juste, aussi proche de l’essentiel.

 

 

Yan
Chroniqueur
La Féline - Vie Future