On a aussi écouté Léonie Pernet – Crave

“Crave” est un disque dans lequel on plonge, littéralement. C’est un très grand disque qui éclaire à lui tout seul l’intense et incomparable force créatrice d’une époque, que l’on aimerait, à titre personnel, plus souvent reconnue et célébrée.

Difficile de ne pas être enthousiaste à l’écoute du premier album de Léonie Pernet. Obsédant, cultivé, profond, cosmopolite et dansant, il est le fruit d’un processus personnel aussi solitaire que riche intérieurement.

Multi-instrumentiste, Léonie Pernet imprime à ses chansons des ambiances mystiques et urbaines, leur conférant une identité totalement singulière. Baignant dans l’électro, soulevées par une voix hantée et sobre, rythmées par des arrangements puissants et fantomatiques, elles semblent dériver et s’imposent immédiatement.

Léonie Pernet a su donner à son album une dimension assez exceptionnelle, à la fois novatrice et connectée au passé de la plus belle des manières. Comme un pont contemporain jeté entre les temps et les cultures.

Sa relecture d’ “Indian Song” est bouleversante, “Rose” offre un écrin ultra-moderne à un poème du 16ème siècle. Alors que “Butterfly” est une époustouflante et redoutable chanson bousculant la monotonie d’une musique dite actuelle.

“Crave” est un disque insaisissable, crépusculaire et lumineux tour à tour, traversé de part en part par une vision, une sensibilité artistique rare et une énergie fiévreuse.

Yan
Chroniqueur