On a aussi écouté Manu – Entre Deux Eaux Vol.1

Derrière Manu se cache Emmanuelle Monet, plus connue pour avoir été la chanteuse du groupe Dolly qui a eu son heure de notoriété dans les années ’90 avec notamment le tube Je N’Veux Pas Rester Sage. C’est à la fois un titre de gloire et une guigne, Dolly étant pour nombre de nos lecteurs estampillé rock/variété jeté aux oubliettes et devant le rester. Il serait pourtant dommage de condamner Manu qui, si elle est aujourd’hui beaucoup moins sous le feu des projecteurs, n’en mène pas moins une carrière solo digne et audacieuse qui prouve que, si elle ne renie en rien son passé, elle est très loin de se résumer à ses anciens faits d’armes.

Entre 2008 et 2013, Manu, après avoir créé son propre label, a ainsi publié quatre albums sur lesquels elle a laissé cours à sa sensibilité, qui la fait osciller entre électricité et énergie punk, culture japonaise, goût pour les belles mélodies et les arrangements délicats. “Entre Deux Eaux” qui paraît aujourd’hui, est à la fois une synthèse de sa carrière et la meilleure porte d’entrée possible pour découvrir ou redécouvrir Manu. En effet, sur cet album, elle revisite son répertoire, solo ou en groupe, dans des versions alternatives, avec pour instruments une harpe et un violoncelle.

Du début à la fin, “Entre Deux Eaux” est un vrai bonheur. C’est d’abord l’occasion de prendre toute la mesure des talents de chanteuse de Manu, dotée d’une voix délicate mais affirmée, dont elle joue avec une justesse éloquente, que ce soit sur le très beau duo avec Noel Matteï (A Bout Pas Au Bout), Entre Deux Eaux ou le fameux Je N’Veux Pas Rester Sage, beaucoup plus touchant en version dépouillée que dans sa version body-buildée de l’époque. “Entre Deux eaux” séduit également par la virtuosité tranquille qui se dégage de chaque morceau. De l’introductif GoodBye à Un Baiser Dans Le Cou ou You Call My Name, le violoncelle et le sitar soulignent impeccablement chaque inflexion, offrent un écrin discret et raffiné au tout. Il aurait décidément été dommage que Manu reste pour la postérité la chanteuse d’une formation qui, quoi qu’on en pense, étouffait un talent qui éclate ici en pleine lumière.

Rédacteur en chef
Manu - Entre Deux Eaux Vol.1