On a aussi écouté Proksima – Diagonale

On avait personnellement découvert Proksima grâce à leur collaboration avec Dominique A. “Léthé“, titre emblématique, était précurseur, comme l’ensemble des travaux bouleversants de la délicate formation suisse, d’une électro-pop hybride et revisitée. Un genre qui explosera plus tard sur la scène française en une myriade d’artistes brillants.

Avec ses premiers albums, Proksima avait jeté les bases de cette musique mélancolique et ultra-mélodique. Sauf qu’il s’agit ici d’art total, où la danse, le rapport au corps dans l’espace et avec le son prennent une importance déterminante. “Diagonale” confirme la place singulière et précieuse du groupe.

La voix d’une douceur infinie est portée par une musique électro et organique, subtile, tout en retenue et puissance intérieure.  Une musique tout en souffles et mesures d’instruments. Quelque part entre la Féline et Aufgang, Proksima creuse un sillon très personnel, d’une exigence absolue. Les paroles nous entraînent aux confins d’amours déçus, fous, perdus. Ils nous parlent du temps, de son souffle destructeur.

“Diagonale” nous montre la fragilité, mais la grâce et la force de l’équilibre aussi. Une fragilité qui se bat, se débat. Et qui peut triompher, “annonçant des jours heureux”. Proksima signe ainsi une oeuvre qui est bien plus qu’un disque. Un manifeste poétique, sensible et renversant.

Yan
Chroniqueur
Proksima - Diagonale