On a aussi écouté Rocket Mike – London Gothic

Michael Giffts, actif notamment au sein de Tristesse Contemporaine et de Camp Claude, mène une carrière exemplaire. Plus de 25 ans déjà qu’il conjugue l’électro, le rock, la cold-wave, la pop, le hip-hop à ses origines jamaïcaines.

En 2017, il décide de se produire seul, et monte sur scène, suite à la proposition du label Monopsone, armé d’une boîte à rythmes Roland TR 808 et d’un synthétiseur Arturia Minibrute. Rocket Mike était né, comme la « rencontre d’un chanteur de dancehall et d’un fan de Suicide ». « London Gothic », son premier EP, qui sort dans la série Microcircuit, s’annonce comme le fruit de cette aventure personnelle.

Rocket Mike y donne la pleine mesure de son immense talent. Il y déroule une musique aussi enivrante qu’inquiétante. Une musique choc à l’acidité redoutable, comme une plongée dans un monde méta-urbain traversé par les éclairs d’une poésie sombre. Avec « London Gothic » le musicien se rapproche de l’univers de Tricky, l’aura d’un frontman solitaire exceptionnel en plus.

Il y a de la gravité dans ce premier EP – celle de l’époque sans aucun doute – et l’insolence vitale nécessaire pour la conjurer. Cette puissante vague électro est exactement ce qu’il fallait pour commencer l’année.

 

Yan
Chroniqueur