On a aussi écouté Starving Woodchucks – White Fang

Grâce soit rendue aux Starving Woodchucks de déverser sur nos heures parfois oppressantes tant de beauté et de douceur. Tant de mélodies salvatrices, forgées dans un folk-indé qui ne cède jamais à la facilité. “White Fang”, nouvel EP du groupe, est aussi délicat que chargé d’une énergie contagieuse.

Si l’on peut aisément situer les influences des Starving Woodchucks, il ne faudrait pas s’arrêter à quelques références, justes et prestigieuses – nord-américaines pour l’essentiel -, mais qui ne disent pas forcément tout de leur musique. Il y a une clarté dans ces chansons, une limpidité à la fois apaisante et terriblement mélancolique. Une musique de l’exil intérieur ou de l’éloignement physique.

Une musique tout en arpège, traversée par une voix d’une émouvante pureté, rythmée par une batterie nerveuse, et qui a su trouver un équilibre quasi parfait. Les chansons sont en apesanteur, semblant flotter littéralement entre terre et ciel. Entraînantes et fiévreuses, elles font de Starving Woodchucks l’une des formations folk les plus passionnantes à suivre dans notre pays.

Yan
Chroniqueur
Starving Woodchucks - White Fang