On a aussi écouté The Married Monk – Headgearalienpoo

S’il est un groupe qui mérite le qualificatif de culte, c’est bien The Married Monk. Rares sont en effet les formations qui ont cumulé excellence et parcours légendaire. The Married Monk fut immense artistiquement parlant. Offrant à la scène indé une série d’albums qui brillent encore dans le coeur des mélomanes fous de rock barré.

Mais The Married Monk aurait pu ne jamais revenir. On dit même que Christian Quermalet vendit ses instruments. Il brilla pourtant sur de nombreux disques majeurs, en tant que producteur notamment. Devenant un homme de l’ombre et de studio. L’aura des Married Monk n’a jamais décliné pour autant. C’est le contraire exactement. Plus les années passèrent plus la pertinence et l’importance du groupe se sont affirmées.

Voici donc “Headgearalienpoo” en forme de résurrection. Et quelle renaissance ! The Married Monk revient là précisément où sa trajectoire s’arrêta. C’est-à-dire au plus haut niveau. Comme si rien n’avait changé. Et qu’elle demeurait toujours l’une des formations les plus importantes et inventives de la scène rock nationale.

Au côté de Christian Quermalet, on retrouve le fidèle Jean-Michel Pirès, exceptionnel batteur, et désormais Tom Rocton. Le trio enchaîne les chansons tubesques, aussi folles que rigoureusement construites, avec une énergie jouissive et une élégance decalée sans pareille.

Cultivé, l’album regorge de références musicales, littéraires, cinématographiques. Comme de scènes de vie cocasses, faussement banales. Il est aussi traversé par une saine colère.

Voici sans conteste possible l’un des albums de l’année. Sinon l’album de l’année. Et beaucoup plus encore. Le genre d’album dont on tombe amoureux.

 

Yan
Chroniqueur
The Married Monk - Headgearalienpoo