On a aussi écouté The Young Gods – Data Mirage Tangram

Il a fallu attendre huit ans pour écouter un nouvel album des Young Gods. Le groupe a acquis au fil de trois décennies d’activité un statut hors norme. Probablement l’une des formations les plus importantes en Europe, l’une des plus inventives – à tous les niveaux -, l’une des plus passionnantes et alternatives.

Il n’y a peut-être en fait pas d’équivalent à ce que les Young Gods ont construit et construisent encore, avec une énergie créative inouïe. Ce que démontre « Data Mirage Tangram » magnifiquement. Loin de revisiter un répertoire avant-gardiste, pourtant d’une richesse insensée, ils y poursuivent inlassablement leur route artistique. Comme régénérés, encore et toujours.

Plongée dans un univers d’une intelligence phénoménale, l’album est composé de sept chansons que l’on peut écouter pour elles-mêmes, qui mais composent un ensemble cohérent, un tout fascinant, à la fois hyper-technologique et charnel. A l’image de notre monde, désormais doublement incarné dans sa réalité et la virtualité.

La musique des Young Gods a d’ailleurs toujours oscillé entre la puissance sans limite des machines et la simplicité  somptueuse d’un folk européen. Tout en s’évadant vers le psychédélisme. Comme une pure incarnation, avant l’heure, des circonvolutions numériques que nous connaissons désormais si bien.

« Data Mirage Tangram » semble survoler une ville immense, ses quartiers infinis et fragmentés. Et représente la bande-son parfaite pour les unifier, leur donner du sens. Brûlot électronique et industriel, mais surtout profondément rock, l’album est d’une beauté absolument magistrale.

 

Yan
Chroniqueur