On a aussi écouté UO – FCKFF

Un mystérieux duo, dissimulé derrière des masques, né sur les terres islandaises. Des textes en français. Un flow connecté à la rage froide de Diabologum. Une musique electro-punk, sans la moindre concession, qui frappe sans répit. Des paroles frontales jetant à la figure une colère brûlante et vitale. Quelque chose de primal et de sauvage qui renvoie immanquablement à la liberté.

Le sentiment premier, un humanisme lucide, le désir impérieux d’échapper au carcan technologique, à la bêtise machiste. Il y a tout cela dans UO, et bien d’autres facettes encore.

Un disque de combat, salutaire, habité par une énergie salvatrice. Comme un coup de poing, un réveil brutal mais nécessaire. Un disque qui peut “rendre meilleur”. Parce qu’il tire littéralement la conscience d’une léthargie qui trop souvent se dissimule derrière nos heures perdues dans les pixels.

On devine alors pourquoi l’Islande, pays de feu et de glace, illustre à merveille l’univers de ce duo explosif. La seule destination possible pour ne pas sombrer dans l’aliénation, c’est la révolte intérieure. Ses flots furieux et leur saine violence.

 

Yan
Chroniqueur
UO - FCKFF

UO