On a aussi écouté Vox Low – Vox Low

Devenu référence dans le paysage des labels indés hexagonaux, Born Bad n’en est pas moins un formidable exhumeur d’artistes autrefois mésestimés ou, encore aujourd’hui, en quête d’exposition. La preuve avec le deux récentes parutions de la maison de disques francilienne : Une collection de faces B époques 60-80 du génial Pierre Vassiliu et le premier effort d’un groupe ayant tenté de percer il y a longtemps sous un autre nom, une autre forme. Sans succès.

Ladite formation répond au nom de Vox Low et déverse sa cold-wave en un recueil éponyme qui attire indéniablement l’oreille. Dans un langage obscur, dévastateur, en l’occurrence savamment exprimé ici, jaillissant de frustrations anciennes mais surtout de variations stylistiques convoquées autour du disco, du punk ou encore de l’acid-house. Un cocktail détonnant pour humeurs anxio-dépressives, puisque tout ou presque est affaire d’une noirceur sous transfusion sanguine, invoquée en une succession de pistes aux allures de processions chamaniques, à violenter l’esprit et marabouter les masses, quelles que soient les profondeurs vocales, les ambiances vaudou où le martèlement métronomique des percussions imposés sur chaque pistes. Un thriller psychologique en neuf actes qui n’est certainement guère propice aux danses effrénées qu’invoqueraient les influences sus-cités, ou alors de manière complètement ensorcelée. Une “messe noire”, comme ils disent…

 

Community Manager
Vox Low - Vox Low