On a aussi écouté Zalfa – Fi Dam

Zalfa vit entre Paris et Beyrouth. Elle offre, avec “Fi Dam”, son premier album. On pourrait présenter le disque comme une pierre de plus au splendide édifice de la dream pop. On pourrait dire qu’il se rapproche tout prêt du sommet d’un genre, dominé par Beach House. Tout cela est vrai. Mais ce n’est pas suffisant. “Fi Dam” n’est pas non plus une synthèse, fût-elle brillante, de la musique orientale et occidentale. C’est autre chose.

C’est l’expression d’une sensibilité unique puisant dans la puissance d’évocation de la musique une force, une énergie qui confine à la célébration. “Fi Dam” est un disque magnétique, effectivement traversé par la grâce étrange et la langueur de la dream pop, mais doucement percuté par des éléments plus dynamiques. Comme pour signifier le mouvement perpétuel d’un monde complexe et bouillonnant.

Le disque, vibrant et urbain, oscille ainsi d’un bout à l’autre entre pure mélancolie, celle d’un exil qui densifie les êtres, et envolées électriques, celles qui transportent les âmes.

Yan
Chroniqueur
Zalfa - Fi Dam