(Well You Know) Stuff is like we yeah !


Un album de sorti en chez .

Avec vingt-cinq ans d’existence et treize albums au compteur, 22-Pistepirkko continue d’entretenir un succès confidentiel et vient nous proposer son dernier effort, "(Well You Know) Stuff Is Like We Yeah !". En provenance de la Finlande, le groupe égrène une fois de plus son rock garage et psychédélique mâtiné d’ambiance électro, pour le plus grand […]

Avec vingt-cinq ans d’existence et treize albums au compteur, 22-Pistepirkko continue d’entretenir un succès confidentiel et vient nous proposer son dernier effort, "(Well You Know) Stuff Is Like We Yeah !". En provenance de la Finlande, le groupe égrène une fois de plus son rock garage et psychédélique mâtiné d’ambiance électro, pour le plus grand bonheur de nos oreilles.

Difficile de résister au riff Velvetien balancé d’entrée de jeu sur Suburban Ladyland. Si la sonorité purement garage d’un tel morceau aurait pu passer pour une attitude branchouille pour quelques nouveaux groupes vaguement à la mode, tout transpire ici la sincérité, l’immense talent et l’amour du travail bien fait. 22-Pistepirkko joue avec le feu et ranime depuis Helsinki un blues perdu au fond du bayou : Crazy Meat, Aquarius Zero et Summer Triangle tapent fort et nous révèlent une profusion d’électricité des plus efficaces où le riff est la figure de style par excellence.

Pour autant le groupe calme parfois le jeu, notamment avec la country de Sky Girl, ou encore avec les incursions pop de Lizard. Mais si on ne devait garder qu’un seul titre de  "(Well You Know) Stuff Is Like We Yeah !",  on se réserverait assurément Refrain From The Refrain, véritable envolée psychédélique et quasi lysergique où la guitare réverbérée et la basse prognathe des frères Keränen nous embarquent dans un paysage sonore passionnant. A l’évidence, 22-Pistepirkko a réalisé là une ribambelle de pépites pop quasi-parfaites.

22-Pistepirkko fait donc partie de ces groupes dont l’art s’apparente ici à de l’orfèvrerie. Toutefois, espérons que le groupe élargisse encore un peu plus son aura grâce à cet album et soit un peu moins cantonné au rayon de quelques spécialistes …

Chroniqueur