A Place To Bury Strangers


Un album de sorti en chez .

On a beau se dire que l’on doit juger un groupe en faisant abstraction de ses références, on risque de se retrouver dans une impasse si on ne parle pas de celles de A Place To Bury Strangers, qui mélangent à vue de nez Jesus And Mary Chain, My Bloody Valentine, Joy Division et U2. […]

On a beau se dire que l’on doit juger un groupe en faisant abstraction de ses références, on risque de se retrouver dans une impasse si on ne parle pas de celles de A Place To Bury Strangers, qui mélangent à vue de nez Jesus And Mary Chain, My Bloody Valentine, Joy Division et U2. Et malgré ce name-dropping contraignant, A Place To Bury Strangers s’en sort plutôt bien pour ce premier disque en l’inscrivant dans la lignée des dignes représentants du shoegaezing (Olivier Ackermann, le chanteur et guitariste, est même fabriquant de pédales d’effets pour guitares !). On retrouve alors les sensations que procurent cette formule sur l’introductif Missing You, qui fait pourtant attention à ne pas se laisser aller à de nombreux débordements noisy, en se concentrant sur une rythmique martiale et une guitare chargée en delay. Mais très rapidement, c’est un assaut sonique et psychédélique qui s’offre à l’auditeur avec certains morceaux comme Don’t Think Lover ou She Dies que n’aurait pas renié les frères Reid.

Mais sous ce déluge de distorsions et de feedbacks qui attaque nos sens et nos oreilles, on décèle une touche vénéneuse provenant d’une ambiance cold-wave assez blafarde. Tout d’abord le chant distant d’Ackermann, perdu au milieu de nombreuses nappes de bruit, apporte un peu d’humanité et de spleen au milieu de telles secousses sismiques. Ensuite, il suffit d’entendre la basse de Jono MOFO sur Ocean et I Know I’ll See You pour que l’on pense immédiatement aux lignes mélodiques et glauques de Peter Hook ou encore Simon Gallup. Une noirceur introspective qui vient ajouter un fabuleux contrepoint aux effets psychotropes déclenchés par les guitares abrasives de A Place To Bury Strangers.

Alors malgré des références imposantes, le groupe réussit à se mettre à la hauteur de telles contraintes et nous donne envie de faire subir à nos oreilles encore quelques acouphènes. Reste à espérer que A Place To Bury Strangers connaitra une carrière moins mutique que celle du groupe de Kevin Shields.

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Missing You
  2. Don't Think Lover
  3. To Fix The Gash In Your Head
  4. The Falling Sun
  5. Another Step Away
  6. Breathe
  7. I Know I'll See You
  8. She Dies
  9. My Weakness
  10. Ocean

La disco de A Place To Bury Strangers