Controlling Crowds


Un album de sorti en chez .

Archive est une formation que l’on a depuis longtemps classée dans les annales des groupes instables. Il existe en effet peu de groupes qui décident après l’immense reconnaissance apportée par leur premier album (« Londinium ») de tout changer sur le suivant, jusque dans la composition des membres, puis de recommencer sur le troisième. Rien que pour […]

Archive est une formation que l’on a depuis longtemps classée dans les annales des groupes instables. Il existe en effet peu de groupes qui décident après l’immense reconnaissance apportée par leur premier album (« Londinium ») de tout changer sur le suivant, jusque dans la composition des membres, puis de recommencer sur le troisième. Rien que pour ça, le groupe compte autant de fans que de détracteurs, la frange la plus dure n’ayant toujours pas accepté la rupture avec le trip-hop, qui fit le succès du groupe, au profit d’un rock planant et atmosphérique. Plus récemment, le départ de Craig Walker, chanteur emblématique de « You All Look The Same To Me », fut de nouveau vécu par certains comme une trahison, le changement de trop. « Noise » et  « Lights » ne redonnèrent pas franchement le sourire aux fans déçus et l’annonce de la participation de Graham Preskett (compositeur de musiques de films déjà présent sur la B.O de « Michel Vaillant ») au nouvel album faisait craindre le pire aux plus irréductibles.

On passera rapidement sur le thème de l’album, le contrôle des masses, et son découpage en 3 parties, pour se consacrer à l’évènement le plus marquant de « Controlling Crowds » : le retour de Rosko John. Disparu de la circulation depuis « Londinium », le rappeur reprend du service sur 3 titres dont les convaincants Quiet Time et Bastardised Ink. Si Darius Keeler et Danny Griffiths, les 2 têtes pensantes d’Archive depuis leurs débuts, ont sorti Rosko John d’un placard dans lequel il n’aurait jamais dû entrer, ils ont aussi fait confiance aux interprètes des derniers albums, à savoir Pollard Berrier, Dave Pen et Maria Q. Les 13 plages de « Controlling Crowds » ressemblent à ce titre à une compilation des différentes périodes traversées par le groupe : trip-hop avec Rosko John, pop atmosphérique avec Maria Q (Collapse/Collide ; Whore), rock progressif avec Pollard Berrier (Controlling Crowds ; Bullets) et Dave Pen (Words on Signs et Kings of Speed).

Si ce côté « best-of » n’a rien de désagréable en soi, il est par contre une entrave à la cohésion de l’album. Difficile en effet pour l’auditeur de s’y retrouver entre ces changements de styles, de voix. Il manque cette unité qui avait fait le succès des premiers albums, la possibilité de ne parler que d’une seule voix comme c’était le cas avec Craig Walker. Pour autant, difficile de faire la fine bouche devant la qualité retrouvée de certains titres, le single Bullets en tête, qui laissent augurer encore de belles choses pour les fans d’Archive, à commencer par la prochaine tournée avec, on l’espère, la présence de Rosko John.

Chroniqueur
  • Publication 332 vues12 mai 2009
  • Tags ArchiveWarner
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Controlling Crowds
  2. Bullets
  3. Words On Signs
  4. Dangervisit
  5. Quiet Time
  6. Collapse / Collide
  7. Clones
  8. Bastardized Ink
  9. Kings Of Speed
  10. Whore
  11. Chaos
  12. Razed To The Ground
  13. Funeral

La disco de Archive