In The Silence


Un album de sorti en chez .

7

Bon Iver sort de ce corps !

Après avoir connu un succès monstrueux en Islande, Asgeir traverse les frontières avec son nouvel album : « In The Silence ». Sur son premier album « Dýrð í dauðaþögn », il chantait en islandais sous le nom d’Asgeir Trausti. Avec la version islandaise, il s’est fait connaître dans son pays uniquement. « Dýrð í dauðaþögn » est resté des semaines en tête des ventes en Islande et il a même été élu album de l’année au Icelandic Music Awards en 2012. Aujourd’hui, il revient avec le même album mais dans une version chantée en anglais. Un album qui devient donc accessible à une plus large audience. Grâce à cette traduction faite par John Grant, Asgeir a pu s’exporter dans le monde entier. On peut donc saluer l’énorme travail du traducteur. John Grant a essayé de traduire en restant le plus fidèle possible à l’esprit des textes en islandais. Cela n’a pas du être une mince affaire mais il a tout de même réussi à réaliser un beau travail dans la langue de Shakespeare. Cette version anglaise a déjà fait beaucoup parlé d’elle et depuis quelques temps, on peut d’ailleurs lire qu’Asgeir est le nouveau Bon Iver islandais. Vrai ou faux ? C’est ce que nous allons voir.

Même si les textes ont été traduits, les mélodies de l’album sont restées intactes par rapport à la version originale. Tous les morceaux de l’album s’articulent entre la douce voix d’Asgeir, la guitare et les sons électroniques. Tout est soigné dans chaque morceau du début de l’album jusqu’à la fin. Chaque mélodie est légère et harmonique. Il y a un petit côté onirique qui nous berce tendrement durant une quarantaine de minutes. Asgeir chante divinement bien donc il est assez facile d’être charmé par l’artiste. Mais il n’y a pas que sa voix qui nous envoute. Les mélodies de la guitare et les arrangements électros donnent une ambiance folk/moderne qui fait tout le charme de l’album. Les morceaux sont très accessibles. Chaque morceau peut réussir à nous toucher. D’ailleurs, chaque touche de synthé donne une ambiance assez intimiste, on a ce sentiment qui nous rappelle la nature en permanence. Le mélange des genres d’Asgeir fonctionne à merveille.

Rentrons dans les détails maintenant et parlons de certains morceaux emblématiques. Going Home est réellement la chanson qui sort du lot. Ce morceau est le plus envoûtant de l’album. La mélodie est à la fois sombre et apaisante. Toute la puissance musicale d’Asgeir ressort dans ce morceau. L’intro électronique nous plonge immédiatement dans l’univers du chanteur. La voix d’Asgeir y est à la fois douce et forte. Tout le talent de l’artiste se retrouve dans cette chanson. L’autre chanson emblématique est King and Cross. Ici encore, on peut admirer la puissance musicale d’Asgeir mais on y retrouve aussi ce mélange des genres avec la guitare folk et les beats électros. Les deux titres sont très différents et en même temps, à eux deux, ils couvrent à peu près l’intégralité de l’identité artistique d’Asgeir.

Le seul gros défaut de l’album réside dans la langue. En écoutant la version islandaise, on se rencontre que la mélodie colle beaucoup mieux avec les textes originaux. L’anglais donne un côté plat aux dix morceaux de l’album. En islandais, on entre encore plus dans l’univers de l’artiste et surtout on ne le compare à Bon Iver. Ce côté Bon Iver ressort uniquement dans la version anglaise. C’est dommage qu’Asgeir est sacrifié la langue islandaise. A l’instar de Sigur Ros ou encore Bjork, il aurait pu tenter sa chance avec sa langue maternelle. Espérons qu’après cet album, il reviendra à l’islandais maintenant qu’il s’est fait connaître au delà de ses contrées islandaises.

Malgré quelques remarques, il y a une chose qui est sûre avec cet album : il ne nous laisse pas indifférent.

 

Chroniqueur

Tracklist

  1. Higher
  2. In the Silence
  3. Summer Guest
  4. King and Cross
  5. Was There Nothing?
  6. Torrent
  7. Going Home
  8. Head in the Snow
  9. In Harmony
  10. On That Day

La disco de Asgeir

In The Silence7
70%

In The Silence