The Water Wheel

The Water Wheel


Un album de sorti en chez .

8

De l'art de la réappropriation d'une idole.

Il nous a enchantés à bien des reprises par l’originalité, la musicalité et l’élégance de ses productions originales, mais Bachar Mar Khalifé nous est revenu mi-mai avec un tout autre projet. Comme bien des artistes et même beaucoup de mélomanes tels que nous, l’homme a ses figures de proues, des rencontres auditives qui auront impacté sa construction musicale. Au premier rang de celles-ci, Hamza El Din et principalement son “Escalay/The Water Wheel” datant de 1971. Succinctement, le joueur de oud fut une référence notamment pour la vague beatnik/folk américaine, sont cités, Grateful Dead, Joan Baez, Bob Dylan.

Commençons par être honnêtes, nous avons tenté d’approcher l’oeuvre originale mais, certainement dû à l’épuration extrême de l’approche, nous n’avons trouvé la résonance qu’un Bachar y aura perçu. Néanmoins, cette base “pure” associée au piano de notre ami, à la précision de ses arrangements et surtout à son don du métissage percutant, a pour le moins su titiller notre appétence pour la nouveauté.

Avant tout autre chose, cet album, se traverse comme un ensemble indénombrable. Il est donc compliqué de ressortir tel ou tel titre ou d’en dégager les différentes ambiances sonores qui en ressortent. Dans sa globalité, évidemment, le pendant “musique traditionnelle” saute aux oreilles. Ce qui va par contre faire la force de l’opus, et on s’y attendait un peu, c’est la capacité de Mar-Khalifé à incorporer et marier tout cela à différentes sonorités et approches occidentales. S’appuyant sur un piano tantôt classique, tantôt pop, des six cordes parfois presque noise et des rythmiques tapant presque aux portes de la cold wave, l’artiste nous offre encore une fois un disque percutant, cohérent et original. Avec cet homme, métissage ne rime pas avec lissage mais avec exigence et prise de risques. Il en résulte un disque très accessible, à la musicalité agréable en ce sens que l’originalité ne prend jamais le pas sur le confort d’écoute. Il nous est moins connu qu’un Bowie ou qu’un Cave, mais Bachar Mar-Khalifé leur ressemble beaucoup sur ce point.

Webmaster