Lost Girls


Un album de sorti en chez .

5

Nouvel album d'une artiste entre deux eaux.

Parmi les différentes catégories d’artistes, pas spécialement répertoriées de manière rationnelle d’ailleurs, Natasha Khan alias Bat For Lashes fait partie de ceux qu’on suit depuis le début, à distance raisonnable. Car, après des débuts hautement séduisants, Natasha Khan est rapidement devenue une artiste à l’univers quelque peu hybride, entre pop ambitieuse et audacieuse et effets de manche ouvertement grand public, le tout mâtiné d’un propos new-age assez fumeux. Conséquence, Bat For Lashes est devenu un projet jamais inintéressant, jamais entièrement vendu aux forces de la musique standardisée pour les charts, mais plus complètement non plus dominé par une ambition à tout crin, au-delà du succès espéré.

« Lost Girls » est donc le cinquième album de Bat For Lashes, et, autant le dire tout de go, ce n’est sans doute pas celui qui va signer le retour d’un côté ou de l’autre d’une ligne ténue que Natasha Khan s’évertue, sciemment ou pas, à franchir seulement par intermittences. A ses débuts, au jeu des comparaisons, on évoquait volontiers Kate Bush pour cerner sa musique, et, aujourd’hui, la référence est pertinente. Mais pas tant pour réitérer une filiation musicale, même si un titre comme The Hunger peut clairement évoquer la grande dame de la pop anglaise, que pour mettre en exergue que se tenir en équilibre parfait entre univers apte à s’adresser au plus grand nombre et exigence musicale est définitivement l’apanage de personnalités rares. Kate Bush entre dans cette catégorie, mais sa longue carrière, marquée par des changements de cap radicaux, des hiatus assumés, met avant tout en lumière le fait que c’est une personnalité libre, à qui personne n’est en mesure de dicter sa conduite. Dire que Natasha Khan ne peut en dire autant n’est en rien une insulte, mais simplement un constat.

« Lost Girls », dans sa forme, se veut un album bigarré, plus positif que son précédent « The Bride », et, musicalement, mâtiné d’arrangements qui rappellent volontiers les années 80. Pourquoi pas, c’est tendance, d’autres l’ont fait ou le feront. Mais, ce n’est un secret pour personne, les années 80, comme d’autres décennies d’ailleurs, mais peut-être de façon plus exacerbée, ont offert le meilleur et le pire de la pop. Et Bat For Lashes convoque les deux… Ainsi, on peut se délecter des ballades planantes et servies par la voix habile de Natasha Khan que sont The Hunger ou Jasmine, enrobées de synthés vintage, et faire la grimace le temps du tape-à-l’oeil et très laid Feel For You, bad trip disco indigeste, et carrément soupirer de dépit face à l’alliance au-delà de la maladresse de sonorités cold wave et d’un affreux saxophone sur l’instrumental Vampires. Ailleurs, on songera au versant le moins intéressant de Depeche Mode sur So Good, tandis que Mountains confirmera qu’une veine plus intimiste est ce que Bat For Lashes fait encore de mieux. Au final, on ne peut s’empêcher de relever que l’album s’appelle « Lost Girls » et de se dire que Natasha Khan semble parfois elle-même un peu perdue. Ou alors on est passé à côté de la mise en abyme qu’il fallait déceler dans l’album…

Rédacteur en chef
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Kids In The Dark
  2. The Hunger
  3. Feel For You
  4. Desert Man
  5. Jasmine
  6. Vampires
  7. So Good
  8. Safe Tonight
  9. Peach Sky
  10. Mountains

La disco de Bat For Lashes