Depression Cherry


Un album de sorti en chez .

7

Le nouvel album d'un des duos les plus adulés de l'indiesphère, forcément très attendu...

Même si quelques-uns reprochent à Beach House son côté trop apathique et rébarbatif, le duo de Baltimore possède incontestablement une côte d’amour très élevée chez les amateurs de musique indé. Voire au-delà ? Pour Beach House, l’enjeu d’un nouvel album est en partie là. Au gré de ses quatre disques précédents, Victoria Legrand et Alex Scally ont doucement fait évoluer leur musique, dans la qualité d’écriture d’abord, critère premier de la réussite de « Teen Dream » en 2010, dans le son ensuite, « Bloom », édité en 2012, se révélant plus ample, plus dense que leurs précédentes productions. Dans le même élan, le public de Beach House, dans des proportions raisonnables néanmoins, n’a cessé de s’élargir, et on imagine difficilement que le duo ait pu faire totalement abstraction de ce critère au moment de s’atteler à l’élaboration de « Depression Cherry ».

De fait, même si évidemment une seule écoute ne suffit pas à faire le tour de l’album, pour ceux qui connaissent leur Beach House sur le bout des doigts, il ne faut pas longtemps pour comprendre que des choix clairs ont été faits : ne pas aller plus loin dans la recherche d’un son plus « puissant », et même revenir un peu en arrière, jouer la carte de la pureté mélodique et de l’intimisme plutôt que poursuivre dans l’élaboration de dynamiques plus exaltées. La bonne nouvelle, c’est évidemment de constater que Beach House juge plus précieuse l’intégrité de sa musique que partir à l’assaut des charts et de salles toujours plus grandes pour se produire. En revanche, le risque, c’est de ne rien offrir de neuf, de proposer un album « rassurant », sans plus. Le moment vient alors de ne pas s’emballer et de bien écouter l’album pour en saisir toute l’essence et ne pas livrer un verdict trop lapidaire et, finalement, hors-sujet.

Un des aspects de la réussite de « Bloom », c’était la mise en avant plus importante du jeu de guitare d’Alex Scally, qui inondait l’album de longues lignes oniriques. Sur « Depression Cherry », le côté plus intimiste nous donne d’abord l’impression que Beach House revient à un son plus « restreint ». Au fil des écoutes, cette pointe de déception ne disparaît pas complètement, et on regrette qu’Alex Scally n’ait pas réussi à insérer plus avant son jeu si subtil dans ce disque. Mais si on le regrette, ce n’est pas parce que la guitare est absente mais parce que chacune de ses interventions dans l’album est d’une justesse magistrale. Car on la retrouve d’abord sur Sparks pour donner au morceau un petit côté noisy-pop du meilleur effet, puis de petits accords viennent agrémenter Beyond Love. elle se glisse en fond sur 10:37, mais surtout elle donne un éclat splendide à PPP, sommet indéniable de l’album qui prend toute sa dimension quand la ligne de guitare reprend le thème mélodique et l’emmène dans les hautes sphères.

Sur la forme, « Depression Cherry » se veut sans doute l’album le plus épuré et solennel de Beach House. Les mélodies y sont moins directement évidentes que sur « Teen Dream », qui à cet égard reste leur sommet, il faut un peu plus de temps pour en saisir toute la pertinence. Mais mis à part un Wildflower quelque peu faiblard, le duo réussit son pari. De bout en bout, Victoria Legrand adopte son chant le plus cristallin pour offrir toute sa poésie à Levitation, à l’ensorcelant Space Song ou à Days Of Candy, qui clôt l’album. Plus que jamais, Beach House assume avec aplomb et justesse l’étiquette dream-pop qu’on leur a collée. « Depression Cherry » n’est pas un album parfait, on aimerait toujours sentir le duo moins timoré dans certains aspects, aller encore plus loin dans son élan mélodique. Mais c’est surtout l’album d’artistes qui placent leur musique avant toutes autres considérations, et qui sont très loin d’avoir tout dit. L’histoire d’amour peut continuer.

Rédacteur en chef
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Levitation
  2. Sparks
  3. Space Song
  4. Beyond Love
  5. 10:37
  6. PPP
  7. Wildflower
  8. Bluebird
  9. Days of Candy

La disco de Beach House

100%

7

Depression Cherry7
70%
B-Sides & Rarities7
70%
90%

Bloom

90%

Teen Dream

Devotion7
70%

Devotion