- Recordings 05/01/09 ˃ 17/01/09

Beak˃


Un album de sorti en chez .

On a toujours eu du mal à accrocher à la musique des super-groupes, car le tout n’est pas forcément égal à la somme des différentes parties. Prenez les meilleurs musiciens, faites les jouer ensemble, sans synergie, ce qui en sort n’est pas toujours intéressant, et en lisant la présentation de Beak>, il semblerait que cette […]

On a toujours eu du mal à accrocher à la musique des super-groupes, car le tout n’est pas forcément égal à la somme des différentes parties. Prenez les meilleurs musiciens, faites les jouer ensemble, sans synergie, ce qui en sort n’est pas toujours intéressant, et en lisant la présentation de Beak>, il semblerait que cette conviction soit aussi partagée par le groupe. Alors qu’en voyant le line-up on commençait à se méfier de ce trio composé de Geoff Barrow (Portishead), Matt Williams (claviériste de Team Bricks) et Bill Fuller (bassiste de Fuzz Against Junk), nos doutes se levèrent après une première écoute rapide. Le résultat était étonnant, la suite se révéla passionnante.

On ne sait si Geoff Barrow l’a dit quelque part en interview, mais ce disque semble être une preuve d’affection pour les Silver Apples, groupe New-Yorkais des années 70 qui savait manier un certain psychédélisme avec une batterie métronomique et des claviers vaporeux. On pouvait déjà entendre cette influence sur le dernier album de Portishead, notamment avec Machine Gun, ce qui n’était pas toujours pour plaire aux fans de la première heure du trio de Bristol. Avec Beak>, Geoff Barrow peut donc donner libre cours à ses accents krautrock, et il suffit d’entendre l’excellente première piste, Blackwell, pour se rendre compte que les rythmes répétitifs, la basse caverneuse et le clavier audio-oscillant sont les maitres à bord.

Le résultat peut parfois rebuter, notamment par sa froideur, et c’est un petit peu le cas sur certains titres qui peinent à décoller, comme Ham Green et sa basse fuzz qui débarque un peu trop tardivement pour nous arracher les tympans dans un souffle abrasif. Pour autant, l’album contient de très bons morceaux, notamment grâce aux contraintes imposées lors de l’enregistrement, l’album ayant été enregistré pendant douze jours, joué live (le mix de la batterie est assez bluffant). Il y a de très bons moments avec les excellents I Know et Iron Acton qui avancent sur un rythme particulièrement effréné. Sur Pill, Beak> mélange les arrangements de Can avec les atmosphères de films de John Carpenter ; ce titre, écouté au casque dans la rue, m’a donné l’impression d’entendre  un inédit de la B.O d’”Assault”. Enfin les guitares gorgées de delay sur Battery Point viennent offrir une pause ambiante salutaire. L’ensemble des titres est traversé par un chant réverbéré, mixé très en retrait, qui véhicule une relative étrangeté, dont les paroles incompréhensibles sont plus utilisées comme un instrument mélodique que pour faire passer un véritable message.

Beak> réalise là un très bon premier disque, avec des hauts et des bas, résolument imparfait et donc humain, mais il n’en demeure pas moins passionnant à écouter. Ce premier essai plutôt bizarre contient quelques moments sublimes qui appellent une suite qui l’on imagine fascinante, car ce Beak> là n’est pas rasoir …

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

La disco de Beak>

Couple In a Hole7
70%
>>5
50%

>>

Beak˃
0%

Beak˃