IMG_2641

U.F.O.F


Un album de sorti en chez .

10

Troisième album du groupe américain qui monte.

Si “U.F.O.F” est déjà le troisième album du groupe de Brooklyn Big Thief, ne craignez pas trop de prendre le train en marche si vous ne les découvrez qu’aujourd’hui, sachant qu’ils étaient jusque-là un phénomène essentiellement américain et que leurs deux premiers albums sont sortis très vite l’un derrière l’autre en 2016 et 2017. Par ailleurs, ce nouvel album est leur premier publié chez 4AD, label à plus forte résonnance en Europe que Saddle Creek, qui avait publié les deux premiers, et qu’on connaît depuis longtemps pour nous avoir révélé quelques-unes des plus belles voix de la pop indé de ces trente dernières années et avoir souvent mis à l’honneur des artistes au songwriting à part, quelque part entre tradition et avant-garde. Parlant de voix, Big Thief était jusqu’à récemment décrit comme le projet d’Adrianne Lenker, leur chanteuse, et de ses musiciens.

Si “U.F.O.F” est une nouvelle étape pour Big Thief, c’est avant tout parce que ses membres ont affirmé être précisément devenus un véritable groupe avec l’élaboration de ce nouvel album, passant pour la première fois toutes leurs journées ensemble. Alors concrètement, comment cela se ressent-il sur leur musique, qu’est-ce que signifie devenir un vrai groupe quand on fait du folk, musique qui par essence cultive davantage le minimalisme que l’opulence instrumentale ? Contact, qui ouvre l’album, tout en étant un morceau envoûtant par sa mélodie planante sur sa première moitié avant une bifurcation au milieu, est à la fois une belle entrée en matière et un début trompeur. Car, quand le morceau bifurque, c’est pour laisser la place à des guitares qui s’électrisent quelque peu et nous laisseraient presque penser que Big Thief va nous faire le coup du groupe qui délaisse en partie l’acoustique pour aller frayer avec le rock. Sauf que la suite ne va en rien creuser ce sillon, tout en nous faisant comprendre qu’en effet, c’est bien un groupe au sens premier du terme qu’on écoute. Car “U.F.O.F”, petit à petit, s’impose comme un de ces disques rares qui ne cherchent pas spécialement à révolutionner un genre mais ont tout pour devenir un véritable jalon.

Pour être plus clair, l’album s’articule autour de morceaux délicats, oniriques, essentiellement acoustiques, loin d’une sophistication pourtant en vogue, sans opulence marquée dans les arrangements mais où chaque détail, aussi subtil soit-il, compte et vient doucement enrichir l’ensemble. Cattails est un bel exemple de tout cela : la mélodie coule avec une belle limpidité, le chant est juste et posé, et derrière, on ne cesse de capter de petits éléments saisissants, en plus de la guitare et de la caisse claire. Cette même magie discrète se poursuit sur tout l’album, créant une ambiance toujours à la limite de l’évanescence, où tout n’est que grâce, comme si le groupe était parvenu à créer une bulle à part, sans pour autant, bien au contraire, faire de sa musique quelque chose d’hermétique. “U.F.O.F” ressemble plutôt à un voyage en lévitation, à la fois radieux et doucement mélancolique, à l’image du magnifique Open Desert, du séminal Orange… On dit souvent de ce genre d’albums qu’ils sont intemporels, mais la capacité à arrêter le temps, c’est encore un autre concept. Mais, cette capacité, “U.F.O.F” l’a.

Rédacteur en chef
  • Publication 434 vues10 juin 2019
  • Tags Big Thief4AD
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Contact
  2. UFOF
  3. Cattails
  4. From
  5. Open Desert
  6. Orange
  7. Century
  8. Strange
  9. Betsy
  10. Terminal Paradise
  11. Jenni
  12. Magic Dealer

La disco de Big Thief

100%

U.F.O.F