Blonde Redhead - 23

23


Un album de sorti en chez .

"Misery is a Butterfly" aurait pu être le meilleur album de Blonde Redhead, et ç’aurait été déjà pas mal. Mais il est devenu bien plus que celà, un disque qui a propulsé le trio à des sommets que peu les auraient soupçonnés capables d’atteindre, qui a imposé un son à la fois évident et complexe […]

"Misery is a Butterfly" aurait pu être le meilleur album de Blonde Redhead, et ç’aurait été déjà pas mal. Mais il est devenu bien plus que celà, un disque qui a propulsé le trio à des sommets que peu les auraient soupçonnés capables d’atteindre, qui a imposé un son à la fois évident et complexe au service de mélodies ciselées et étourdissantes. Les pronostics allaient donc bon train pour savoir si "23" marquerait un retour à la simplicité des débuts ou serait à la hauteur de son prédécesseur.

Le morceau titre placé en ouverture, tout comme Dr Strangeluv apportent très vite la réponse : on retrouve la même densité sonore, presque un mimétisme par moments dans les lignes rythmiques ou le travail sur les voix, notamment les morceaux chantés par Amedeo Pace, avec un côté plus direct dans les arrangements et les mélodies, une plus grande volonté d’efficacité diront certains, sensible sur Spring And By Summer Fall par exemple. Mais on ne parlera pas de redite, car beaucoup voyaient leur opus précédent comme une sorte d’"accident merveilleux" qui resterait un acte isolé ; or Blonde redhead réussit avec "23" à prouver qu’ils sont bien les dépositaires d’un des sons les plus originaux du moment, et d’une écriture qui fait la part belle à des mélodies à la fois urgentes et profondes auxquelles il est difficile de rester insensible. Mention spéciale à The Dress, qui se développe au fur et à mesure et ou le chant presque chuchoté de Kazu fait merveille, et à S.W.

Il faut néanmoins dire aussi que "23" n’atteint pas la poésie de "Misery is a Butterfly". Le côté plus direct des morceaux se fait parfois au détriment d’éléments qui donnaient une dimension onirique supplémentaire à leurs compositions. On a aussi un peu l’impression que Blonde Redhead a fait le métier sur huit morceaux et que les deux derniers se traînent un peu, surtout My Impure Hair, ce qui est gênant pour un album assez ramassé. Mais si l’on considère globalement les enjeux que représentait cet album pour le groupe, ils passent le cap avec aplomb et talent, et c’est peut-être bien là l’essentiel.

Rédacteur en chef
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. 23
  2. Dr Strangeluv
  3. The Dress
  4. SW
  5. Spring And By Summer Fall
  6. Silently
  7. Publisher
  8. Heroine
  9. Top Ranking
  10. My Impure Hair
  11. (We Are A Real Team) Harry And I
  12. Signs Along The Path