Misery Is A Butterlfy


Un album de sorti en chez .

S’il y a bien un groupe de rock indé dont le nouvel album était grandement attendu, c’est bien celui ci. Apres plus de trois ans d’absence, Blonde Redhead nous revient sur 4AD cette fois ci, avec ce bien nommé « Misery Is A Butterfly ». On s’était déjà rendu compte de la baisse de tension qui régnait […]

S’il y a bien un groupe de rock indé dont le nouvel album était grandement attendu, c’est bien celui ci. Apres plus de trois ans d’absence, Blonde Redhead nous revient sur 4AD cette fois ci, avec ce bien nommé « Misery Is A Butterfly ».

On s’était déjà rendu compte de la baisse de tension qui régnait dans « Melody Of Certain Damaged Lemons », son prédécesseur. Au dela du coté rageur d’albums tels que « La Mia Vita Violenta », encore présent dans quelques titres, Blonde Redhead nous proposait de sublimes morceaux plus pop et plus mélodiques, et toujours emprunts d’une mélancolie dont l’expression était des plus personnelles.

Plus produit et laissant une très grande place aux mélodies, ce nouvel album poursuit le travail de Blonde Redhead dans cette voie. Cordes (« Doll Is Mine ») et piano enveloppent la musique du groupe, comme sur « Misery Is A Butterfly », veritable bijou musical aux paroles splendides.
La voix d’Amedeo alterne toujours avec celle de Kazu, au bord de la rupture. Plus posée, « Anticipation » mets la voix de la chanteuse en avant pour le meilleur.

Les bons morceaux se succèdent dans cet album, auquel on pourrait reprocher d’avoir perdu la fougue de sa jeunesse. Soit, « Mysery Is A Butterfly » n’en reste pas moins un très bon album de Blonde Redhead… l’attente valait décidement la peine.

Jul
Chroniqueur