I Had The Blues But I Shook Them Loose


Un album de sorti en chez .

Bombay Bicycle Club fait partie de cette masse de groupes, tous plus juvéniles les uns que les autres, qui poussent comme des champignons chaque année en Angleterre. On a bien du mal à les suivre tellement ils sont nombreux et, bien souvent, on les découvre a posteriori, au détour d’une critique mieux argumentée que les […]

Bombay Bicycle Club fait partie de cette masse de groupes, tous plus juvéniles les uns que les autres, qui poussent comme des champignons chaque année en Angleterre. On a bien du mal à les suivre tellement ils sont nombreux et, bien souvent, on les découvre a posteriori, au détour d’une critique mieux argumentée que les autres. C’est ce qui s’est passé avec ce quatuor, découvert 6 mois après la sortie de son premier album « I Had The Blues But I Shook Them Loose ».

Originaires du nord de Londres, les Bombay Bicycle Club (du nom d’une chaîne de restauration) respectent tous les clichés du genre qui collent aux basques des groupes anglais : ils sont jeunes, voire très jeunes (moyenne d’âge inférieure à 20 ans) ; ils ont sorti des EP qui ont fait buzzer le groupe sur les rives de la Tamise et au delà ; enfin ils ont été présenté par le NME comme la énième « next-big-thing » londonienne. On est d’accord, pas forcément le genre d’éléments qui donnent envie de s’attarder sur leur cas. Pourtant, il serait dommage de passer à côté de leur premier album, qui n’a pas la prétention de révolutionner l’histoire de la musique mais s’avère suffisamment bien foutu pour vous faire passer d’agréables moments à son écoute. Comme bon nombre de leurs jeunes compatriotes, les BBC font de la musique que l’on qualifiera d’érudite, dans le sens où elle vient piocher ses influences dans les différents styles marquants des 30 dernières années.

On pense très fort à My Bloody Valentine (oui encore) à l’écoute de l’introductif et instrumental Emergency Contraception Blues puis les styles se mélangent avec efficacité, le tout restant dans une veine post punk-shoegaze, en gardant un côté « brit-pop » rafraichissant (Magnet ; Evening/Morning ; Ghost ; Dust on the Ground) qui n’est pas sans rappeler The Maccabees ou encore Good Shoes. Le chant de Jack Steadman semble parfois hésitant, un peu chaotique, mais c’est ce qui rend encore plus attachante la musique de Bombay Bicycle Club par rapport à celle de leurs compatriotes, tout frais moulus sortis des usines à tubes de sa gracieuse majesté. Un groupe à suivre, un de plus.

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Emergency Contraception Blues
  2. Lamplight
  3. Evening / Morning
  4. Dust On The Ground
  5. Ghost
  6. Always Like This
  7. Magnet
  8. Cancel On Me
  9. Autumn
  10. The Hill
  11. What If
  12. The Giantess

La disco de Bombay Bicycle Club