Prohibition


Un album de sorti en chez .

Brigitte est de retour… trois ans déjà depuis « Libido ». A l’époque, Brigitte déclarait à qui voulait l’entendre que cet album était son meilleur depuis « Comme à la radio » (1970) ; et on était plutôt d’accord avec elle. Cette fois-ci le message médiatique est « je suis remontée contre la société ». Mais en réalité, c’est un autre son […]

Brigitte est de retour… trois ans déjà depuis « Libido ». A l’époque, Brigitte déclarait à qui voulait l’entendre que cet album était son meilleur depuis « Comme à la radio » (1970) ; et on était plutôt d’accord avec elle.
Cette fois-ci le message médiatique est « je suis remontée contre la société ». Mais en réalité, c’est un autre son de cloche que l’on entend à l’écoute de « Prohibition ». Alors que Libido était aérien, lumineux, extatique, ce nouvel album laisse sourdre une certaine noirceur : mélancolie, désillusion, mort. « Je suis vieille et je vais crever » : on n’a pas très envie d’entendre Brigitte dire des choses pareilles. Même si peu après elle annonce « Si je meurs, ce sera de joie », cela ne suffit pas à effacer l’impression laissée par la phrase précédente.

Musicalement, ce disque est pourtant très proche de "Libido", on reconnaîtra certaines sonorités ainsi qu’une continuité dans l’écriture et l’inspiration : Par exemple, La Fiancée de Frankenstein rappelle furieusement le morceau Mendelssohn du précédent disque ; Harem ferait penser à un recyclage du sublime Château Intérieur ; etc.

Au rayon des surprises, on trouvera au casting Grace Jones et Philippe Katerine, chacun gratifié d’un duo. La rencontre Grace / Brigitte paraît improbable au premier abord, mais on se dit que finalement ces deux phénomènes ont peut-être beaucoup plus en commun qu’on ne le croit, ne serait-ce que la capacité de produire encore des albums qui étonnent tout le monde, à l’âge de la carte vermeil (pour citer Brigitte). Le duo Soufi est une réussite, prouvant que Grace est décidémment très en forme depuis son come-back. Quant à Katerine, le morceau en question ne le met pas forcément en valeur. « On va descendre dans la rue » menacent nos deux hurluberlus, nous promettant la Révolution pour bientôt ; mais on sent qu’au fond, ils n’y croient plus trop, et la musique en mode mineur semble contredire les paroles.

Bref, on a déjà connu Brigitte plus en forme. Mais le millésime 2009 reste quand même tout à fait honorable. Et on garde confiance en sa faculté de nous surprendre encore.

Chroniqueur