Let It Reign


Un album de sorti en chez .

5

Le retour de Carl Barat se fait dans la souffrance et la lutte !

Si vous entendez le nom de Carl Barat, vous pensez invariablement aux Libertines. Depuis la séparation du duo mythique Doherty/Barat, tous les fans attendent la reformation du groupe à tout prix! Apparemment, l’heure est venue puisque cet été déjà, ils vont se retrouver le temps de faire deux/trois concerts dans des festivals. Mais Carl Barat ne vit pas que pour les Libertines, il trace sa route de son côté. On l’avait déjà retrouvé à l’époque dans les Dirty Pretty Things, aujourd’hui il revient avec un projet solo entouré de musiciens américains qu’il a auditionnés sur les réseaux sociaux! Une formation de groupe 2.0 donc.

Lorsque j’ai entendu parler du groupe Carl Barat and The Jackals forcément une question m’est venue en tête : est-ce que le projet solo de Carl Barat peut être aussi bon que son travail avec Pete Doherty? Avec leurs deux albums, ils avaient réveillé le rock anglais et ils avaient mis tout le monde d’accord. Malheureusement, avec l’album « Let It Reign », cela ne semble pas être le cas. L’album ne sera pas retenu comme une légende du rock, mais tout de même il a de très bons points ! Déjà Carl Barat a fait un très bon choix, car il sort des sentiers battus et il n’essaie pas de nous proposer une mauvaise copie des Libertines. Il part sur un autre style, une nouvelle identité et ça, c’est plutôt une bonne idée.

J’attendais cet album avec impatience depuis la diffusion du clip Glory Days qui m’avait mis l’eau à la bouche. Ce clip dévoilait un nouveau Carl Barat et j’avais envie d’en savoir plus ! Déjà Carl Barat a quitté sa terre natale pour cet album puisqu’il est parti en Californie pour l’enregistrer. « Let It Reign » s’éloigne donc du style très british des Libertines. Les guitares sont beaucoup plus présentes, le son est très brut, moins lisse. Finalement, on s’éloigne de l’indie rock pour retrouver quelques sonorités punk (à noter que l’album est produit par Joby Ford, guitariste du groupe punk The Bronx). Bien sûr, il y a toujours des airs de pop présents.

Ce qu’il y a de plus marquant dans cet album c’est le vocabulaire utilisé pour les titres et les paroles des chansons ! Tout nous fait penser à la guerre et au monde militaire Glory Days, Victory Gin, March Of The Idle, War of the Roses… Que veulent vraiment nous montrer Carl et ses chacals? En tous les cas, ils veulent s’imposer et montrer qu’ils sont là, prêts à se battre et se défendre. Finalement, en écoutant les paroles et leurs contenus, on se rend compte que le vocabulaire et les sonorités coïncident. A tous les niveaux, on ressent cette idée de combat au travers de sons violents qui en imposent : des gros riffs de guitares, des chants soutenus avec une voix déchirante. Bref, cet album est une vraie ode à la guerre. Un album parfait pour le lundi matin pour se motiver !

L’album commence par le titre Glory Days. Titre familier, puisque le clip était sorti quelques semaines auparavant. Ce premier morceau marque directement le ton de l’album. Dès les premières secondes, on entend des sonorités qui nous font penser aux sons des sirènes. Carl Barat and The Jackals veulent nous prévenir d’emblée : la guerre est déclarée ! Ensuite, les morceaux s’enchaînent et on passe d’émotion en émotion. Beaucoup de morceaux sont brutaux et doux à la fois. Par exemple avec Victory Gin et Summer In The Trenches, ces morceaux oscillent entre les cris de Carl, les gros riffs de guitares et les mélodies douces. Un savant mélange qui donne un ton très dynamique à tout l’album. Carl ne fait pas que crier dans son micro, il nous montre aussi son talent de chanteur dans la chanson A Storm Is Coming par exemple. Un petit moment de répit arrive au milieu de l’album avec Beginning To See. Une chanson très calme avec une guitare toute gentille et une voix qui chante doucement sans être nerveuse comme à d’autres moments de l’album. Cette chanson est peut-être celle qui se rapproche le plus de son ancien style. Ensuite les morceaux redeviennent un peu plus soutenus et rythmés. Les gros riffs de guitares reviennent avec des titres comme We Want More ou encore War Of The Roses. Puis l’album se finit avec Let It Rain. Un titre qui symbolise assez bien l’ambiance de l’album : entre la brute et le doux, entre la guerre et la paix.

Même si son style a changé, Carl Barat nous montre encore une fois son talent. Un album maîtrisé avec justesse, un équilibre qui donne de l’énergie et qui donne envie de découvrir le groupe en live. Ce qui est bien avec cet album, c’est que l’on traverse plein d’émotions. Il y a des moments très forts et des moments plus calmes, comme si on zigzaguait continuellement entre la guerre et la paix.

En résumé, c’est bien écrit, bien exécuté, mais est-ce que cet album sortira du lot ?  Beaucoup diront que cet album n’aurait jamais fait parler de lui s’il n’y avait pas Carl Barat. Alors oui sûrement, mais néanmoins, ce disque nous montre que Carl est en forme et laissons-lui la chance de revenir sur le devant de la scène !

Chroniqueur

Tracklist

  1. Glory Days
  2. Victory Gin
  3. Summer In The Trenches
  4. A Storm Is Coming
  5. Beginning To See
  6. March of the Idle
  7. We Want More
  8. War of the Roses
  9. The Gears
  10. Let It Rain

La disco de Carl Barat and The Jackals