My Friends All Died in a Plane Crash


Un album de sorti en chez .

7

Cocoon est une comète à la trajectoire fulgurante. Quasiment inconnu en juin 2006, le duo Clermontois nous avait bluffé lors de son passage à la Flèche d’Or, éclipsant presque la pourtant très bonne prestation des expérimentés Landscape. L’écoute de leur premier EP nous avait confirmé que le talent de Mark et Morgane allait bientôt éclater […]

Cocoon est une comète à la trajectoire fulgurante. Quasiment inconnu en juin 2006, le duo Clermontois nous avait bluffé lors de son passage à la Flèche d’Or, éclipsant presque la pourtant très bonne prestation des expérimentés Landscape. L’écoute de leur premier EP nous avait confirmé que le talent de Mark et Morgane allait bientôt éclater au grand jour. Véritable bête de concours, raflant tout sur son passage en 2007 à commencer par le prisé CQFD organisé par les Inrocks, Cocoon n’a pas tardé à mettre tout le monde d’accord sur son talent.

Très attendu, le premier album de Cocoon reprend les ingrédients qui ont contribué à leur succès foudroyant. Dès le décollage (Take Off) on entre en terrain connu, le titre ayant déjà exhibé ses charmes sur le « I Hate Birds EP ». Réorchestré pour l’occasion, il exhale la mélancolie par tous les pores, la faute à un duo de cordes (violon, violoncelle) sensibles. Take Off n’est pas le seul à subir un lifting à l’archet puisque Tell Me, le morceau par lequel tout est arrivé, y va aussi de ses arrangements de cordes magnifiant les arpèges de guitare de Mark.

Cocoon continue d’explorer des territoires pop/folk jadis foulés par Elliott Smith, Nick Drake ou plus récemment Sufjan Stevens, lequel apprécierait certainement un titre comme Christmas Song. Parmi le sac de pépites que constitue ce premier album, on sortira du lot les émouvants Cliffhanger et Seesaw sur lesquels cordes et cuivres jouent à cache-cache, les chassés croisés vocaux de On My Way et de Owls avec ses cuivres finaux en forme de hululements, la croisière country de Paper Boat au rythme de la pedal steel…

Le duo Clermontois négocie donc avec brio le tournant du premier album et semble s’imposer comme un des chefs de file de la nouvelle scène indé française. La comète Cocoon a atteint sa vitesse de croisière et devrait rester longtemps en orbite, quelque part entre les étoiles et nos oreilles.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Take Off
  2. Vultures
  3. On My Way
  4. Seesaw
  5. Christmas Song
  6. Tell Me
  7. Owls
  8. Paper Boat
  9. Cliffhanger
  10. Chupee
  11. Hummingbird
  12. Microwave
  13. Oklahoma
  14. Superhero
  15. Wheatfields

La disco de Cocoon