The Bower Of Despair


Un album de sorti en chez .

Depuis 1996, Collection d’Arnell-Andréa n’avait sorti qu’un seul album, « Tristesse des Mânes » en 2002, très orienté néo-romantique, presque une parenthèse dans la carrière du groupe. Pour faire patienter leurs fans, les orléanais avaient proposé un best-of, « CollAGE 1988-1998 », et réédité deux anciens albums. Autant dire que ce nouvel opus était plus qu’attendu et, avec « The […]

Depuis 1996, Collection d’Arnell-Andréa n’avait sorti qu’un seul album, « Tristesse des Mânes » en 2002, très orienté néo-romantique, presque une parenthèse dans la carrière du groupe. Pour faire patienter leurs fans, les orléanais avaient proposé un best-of, « CollAGE 1988-1998 », et réédité deux anciens albums.

Autant dire que ce nouvel opus était plus qu’attendu et, avec « The Bower Of Despair », c?est un retour à la noirceur qui s’opère, y compris au niveau du packaging. Reprenant les guitares, le groupe revient à un rock coldwave plutôt énergique, froid et poétique. Le violon et le violoncelle développent des ambiances sombres, inquiétantes et répétitives, tout en accentuant parfois la lourdeur de l’ensemble.

Le chant de Chloé St Liphard, en anglais, est de plus en plus assuré et ajoute au côté hypnotique de ce grand « Désespoir », alors que les claviers viennent comme des flocons de plomb plonger définitivement cet album dans un hiver funèbre et prolongé. Ce disque donne pourtant à Collection d’Arnell-Andréa, un nouveau souffle de vie et une étrange lueur? éclatante !

Chroniqueur