Dr Dee


Un album de sorti en chez .

Au moment où la fin de Blur est annoncée à coups de coffrets collector et de tiroirs-caisses, Damon Albarn ajoute une nouvelle corde à son orchestre philharmonique avec un projet qui le fera passer des Inrocks à Classica, de Hyde Park à l’Opéra de Londres. L’opéra “Dr Dee” raconte la vie de John Dee, mathématicien, […]

Au moment où la fin de Blur est annoncée à coups de coffrets collector et de tiroirs-caisses, Damon Albarn ajoute une nouvelle corde à son orchestre philharmonique avec un projet qui le fera passer des Inrocks à Classica, de Hyde Park à l’Opéra de Londres.

L’opéra “Dr Dee” raconte la vie de John Dee, mathématicien, astronome, astrologue, professeur particulier et conseiller d’Elizabeth 1ère, qui a travaillé toute sa vie entre les sciences et la magie.  Ses travaux et manuscrits enrichissent le côté mystique de ce personnage haut en couleurs, accusé d’avoir calculé l’horoscope de la reine Marie, d’avoir étudié une machine à mouvement perpétuel, d’avoir cherché une pierre aux vertus magiques ou encore d’être entré en conversation avec des anges… Bref, la bio de John Dee a de quoi faire ravaler sa cape à Harry Potter. Damon Albarn, touche à tout insatiable, a donc mis son histoire en opéra.

Flûtes et orgues croisent ici des guitares acoustiques (le déchirant Blackbird au chant si parfait), les claviers vintage rythment des chants lyriques (Saturn), les arrangements s’égarent dans la dramaturgie lyrico-pop (Spirit, animate us digne d’un titre de Rogers Waters). Albarn avait déjà taté de l’opéra en 2007 en mettant en musique « Monkey journée to the  West ». Comme sur cette adaptation d’un conte ancestral chinois où il avait imposé ces arrangements au monde du théâtre, il joue ici avec son impressionante palette musicale. Même si l’album souffre de quelques longueurs (la limite de l’opéra sur disque…), l’habile mélange de chœurs, d’instrumentation lyrique, d’arrangements modernes et de sonorités africaines (les percussions sur Preparation) mérite qu’ on jette une oreille sur ce travail.

Enregistré en 2011 dans le studio de Damon Albarn à Londres et à Salford avec le BBC Philharmonic Orchestra, l’album a été mixé par Valgeir Sigursson à Reykjavik. On le découvrira en live à l’English National Opera de Londres cet été. Un fait d’armes de plus pour le retraité de Blur, bien décidé à ne pas rester sur une route rectiligne…

Chroniqueur
  • Publication 322 vues19 juillet 2012
  • Tags Damon AlbarnEMI
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Commentary pt1
  2. Commentary pt2
  3. Commentary pt3
  4. Commentary pt4
  5. Commentary pt5
  6. Commentary pt6
  7. Commentary pt7
  8. Commentary pt8

La disco de Damon Albarn

Dr Dee
0%

Dr Dee