David Bowie - Heathen

Heathen


Un album de sorti en chez .

9

Si « Heathen » n’est pas le meilleur album de David Bowie, il n’en reste pas moins une belle réussite… Pour ce vingt-deuxième opus, le Thin White Duke refait appel à Tony Visconti, plus de vingt ans après leur dernière collaboration, pour donner naissance à un album à nouveau intemporel.  Sunday introduit de belle manière le disque, […]

Si « Heathen » n’est pas le meilleur album de David Bowie, il n’en reste pas moins une belle réussite… Pour ce vingt-deuxième opus, le Thin White Duke refait appel à Tony Visconti, plus de vingt ans après leur dernière collaboration, pour donner naissance à un album à nouveau intemporel.  Sunday introduit de belle manière le disque, s’axant sur une mélodie simplement structurée, mais ô combien efficace quand vient s’ajouter la voix du maître. Le final, emballé, du morceau, finit de convaincre l’auditeur dubitatif.

Quand la première reprise de l’album se fait entendre, on est comblé pour deux raisons opposées, mais liées. Le respect de l’original par rapport à l’originalité de l’interprétation. Si vous ne saviez pas que Cactus était le fruit des Pixies, jamais vous n’auriez pu vous douter de la paternité de Bowie.
Mais Bowie peut aussi s’influencer lui-même et Slip Away semble tout droit sorti de « Space Oddity ». Et que dire quand claquent les premières notes de Afraid, non Bowie n’a pas peur de regarder derrière lui. Au contraire, il adapte ces nouvelles compositions à l’ère moderne dans laquelle il évolue et qui sans cesse progresse à toute vitesse. Pour preuve, la deuxième reprise, I’ve Been Waiting For You de Neil Young puisera son énergie dans les envolées de guitare que Dave Grohl produira. Imaginez-vous, Grohl a l’âge du Christ au moment de sa collaboration.  L’autre vecteur de cet élément est probablement la présence de Matt Chamberlain à la batterie.

La fin de l’album nous laissera sur notre faim… Everyone Says Hi et A Better Future sont quelque peu décevants et il faudra beaucoup plus d’attention pour apprécier leurs qualités, se rendre compte que la création n’est pas une science, mais un art. Heathen (The Rays), clôt de façon magistrale un album intemporel qui a commencé avec des paroles telles que « It’s the beginning of nothing » ou « It’s the beginning of an end » pour se terminer sur « I can see it now – I can feel it die ».

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. Sunday
  2. Cactus
  3. Slip Away
  4. Slow Burn
  5. Afraid
  6. I've Been Waiting for You
  7. I Would Be Your Slave
  8. I Took a Trip on a Gemini Spaceship
  9. 5:15 the Angels Have Gone
  10. Everyone Says 'Hi'
  11. A Better Future
  12. Heathen (The Rays)
  13. Sunday - Moby Remix
  14. A Better Future - Remix by Air
  15. Conversation Piece
  16. Panic In Detroit - Outtake from a 1979 Recording

La disco de David Bowie

70%

Blackstar

The Next Day9
90%
Heathen9
90%

Heathen

Outside9
90%

Outside

Let’s Dance9
90%

Let’s Dance

Low7
70%

Low

Heroes9
90%

Heroes

Young Americans9
90%
Aladdin Sane9
90%
Hunky Dory10
100%
Space Oddity9
90%
David Bowie
0%