O!


Un album de sorti en chez .

7

Joyeuse folie, kitsch assumé, un vrai bon moment de pop fun.

Les allumés hollandais de De Staat s’étaient signalés à nous en 2009 avec le sensationnel titre Habibi du non moins marquant premier album « Wait For Evolution », que l’on ne saurait que vivement conseiller… « O! » arrive en 4ème épisode studio de la carrière du groupe.

Peut-être plus apaisés que ce que l’on a connu d’eux, du moins, peut-être plus équilibrés, De Staat livrent un opus moins rock qui sonne comme une récréation. Ces deux pans qui semblent avoir présidés aux orientations de « O! » n’ont rien de paradoxal ou d’antinomique comme le prouve avec brio ces compostions bien senties, avec une production plus pointue que sur les précédents efforts.

Les guitares se trouvent reléguées au rôle d’appuis des claviers 80’s qui sont réellement les personnages principaux de cette pièce. Ces mêmes six cordes, quand on leur fait un peu de place dans ce grand cirque, ramènent également aux ambiances de ces années, avec des sons synthétiques à souhait, triturés à la machette numérique. Le chant se retrouve lui très rarement solitaire, les textes étant entonnés bien souvent en cœur, renforçant cette joyeuse ambiance de cour de récré. La rythmique quant à elle se veut simplissime, et lourde, martiale en somme (résurgence d’un passé plus rock ?). Cette combinaison d’élément parfois grossie encore à outrance par la production en filigrane nous ferait presque imaginer des titres tels que Get On Screen comme des morceaux incendiaires de dancefloor (du genre qui ne nous dégoûtent pas de la musique).

A d’autres moments, des morceaux comme l’ouverture Peptalk laissent entrevoir la réminiscence du passé du groupe (dans le débit chamanique comme dans la rythmique tribale, Habibi rode…). Round quant à lui nous plonge dans ce qu’un groupe comme A-ha aurait pu donner avec un peu plus d’ambition. Dans la famille du poil à gratter, j’appelle Life Is A Game (Ladadi Ladadada), le titre des sales gosses qui veulent faire la petite blague méchante avec cette explosion de guitare et ce son très lourd, du genre à se saisir de votre confort et le martyriser dans un shaker. On aura même droit à la complainte faussement mièvre avec Time will get us too et même cette prise de risque n’aura pas raison de notre intérêt, tant elle transpire, à l’image de l’album, d’un supplément d’âme.

Comme un calumet de la paix à la fin d’une rude bataille avec un valeureux adversaire, De Staat offrent en clôture le plus conventionnel She’s With Me, une superbe ballade folk acoustique. Aérienne et épurée cette conclusion aux antipodes des autres titres fera descendre le rythme cardiaque en douceur.

« O! » est un album jouissif par excellence en ce sens qu’on ne peut s’empêcher un rictus continuel à son écoute. Nous devons bien reconnaître tout de même que quelques écoutes auront été nécessaires pour habituer notre oreille. Les premières expériences se sont heurtées aux sonorités kitsch qui s’avèrent au final être un argument fort de l’opus. Un disque qui vous fera danser, « headbanger », vous donnera une envie irrépressible de chausser d’énormes lunettes de soleil et peut-être même de ressortir vos vieux sweat Fido Dido (dit le trentenaire).

S’il ne devait en rester qu’un titre : Round.

 

Webmaster

Tracklist

  1. Peptalk
  2. Make the Call, Leave It All
  3. Get on Screen
  4. Murder Death
  5. Blues Is Dead
  6. Baby
  7. Time Will Get Us Too
  8. Round
  9. Life Is a Game (Ladadi Ladadada)
  10. Systematic Lover
  11. Help Yourself
  12. She's with Me

La disco de De Staat

Bubble Gum5
50%

Bubble Gum

O!7
70%

O!

I_Con
0%

I_Con

Machinery
0%

Machinery

Wait For Evolution
0%