Dominique_A-Toute_Latitude

Toute Latitude


Un album de sorti en chez .

7

L'élégance de la prise de risque.

Bien ambitieux de coucher de nouveaux mots qui n’aient pas déjà été écrits sur le compte de Dominique A. Présenté successivement comme défricheur, chantre de la nouvelle scène française, poète, parolier que tout le monde s’arrache, on dit tout et son contraire sur le garçon. Dominique A est de fait un poète, superbe compositeur mais surtout un des artistes les plus libres du paysage musical. Caractérisé par une démarche artistique très punk, dans le sens iconoclaste du terme, le chanteur nous berce depuis de nombreuses années de sa voix bienfaisante et de son écriture qui fait des mots un instrument supplémentaire de son orchestration.

Malgré quelques incartades sur “La Musique/ La Matière“, depuis le mythique “L’horizon“, l’artiste nous avait grandement habitués à des compositions subtilement ciselées, faisant étalage de tout son art de l’accompagnement et de la production, favorisant la fluidité . “Toute Latitude”, bien qu’annoncé différent, en laissera tout de même quelques-uns pour le moins circonspects… Sans partir à contre courant, Dominique A revient clairement à une démarche plus expérimentale et plus directe. Retour des boîtes à rythmes, compositions épurées et vocaux en retrait.

Cela nous occasionnera des moments de grande classe tels que Corps De Ferme A L’Abandon, ballade indus malsaine, au corpus tout autre que nos habitudes avec l’artiste, des termes tels que”puer, chiottes, chairs” s’y invitant. Sur un ton monocorde, parlé, sous tension, le chanteur déclame un poème que Villon n’aurait pas renié. Par cela, et par bien d’autre titres, l’écrivain que notre ami est à part entière, s’attaque à des thématiques qu’on ne lui connaissait pas. Parallèlement, on se trouvera face à d’autres ambiances comme avec le sublime Le Reflet, bien moins déstabilisant pour l’inconditionnel d'”Eleor“, sans pour autant paraître hors sujet sur l’album, car s’il y a un adjectif qui définira au mieux Dominique A, c’est bien insaisissable… Pour revenir au titre conclusif de l’album, sur plusieurs couches de cordes, électrifiées ou pas et une rythmique toujours synthétique, l’artiste enchaîne ses pensées avec une plume ramenant à Thiéfaine ou Ferré, cette poésie venue d’ailleurs, dont le décalage sémantique apparent ouvre d’autres portes de perception.

Alors il ne serait pas honnête de présenter “Toute Latitude” comme un album qui nous aura entièrement embarqués,  Les Deux Côtés D’Une Ombre ou surtout La Mort D’un Oiseau nous feront même frôler l’agacement. Entre le trop ou le pas assez, ces deux morceaux symbolisent notre relation avec l’artiste, qui nous subjugue avec Le Courage Des Oiseaux sur scène alors que nous ne sommes jamais venus à bout de sa version studio. Il y a parfois, pour certains tels que nous, une âme dans quelques morceaux qui nous est inatteignable, nous faisant osciller entre incompréhension et répulsion dans le pire des cas.

Ceci étant dit, on parle de Dominique A, un artiste de la trempe de ceux qui, quand ils nous abandonnent sur le bas-côté, le font par honnêteté, jamais par fainéantise. “Toute Latitude” était par essence l’album piège, après avoir atteint une forme de paroxysme avec “Eleor”, accomplissement de la démarche ébauchée avec “L’Horizon”, l’artiste n’a certainement, consciemment ou pas, pas pu se résoudre à se répéter. Tout ne nous a pas plu, c’est un fait, mais quand Dominique A nous charme, il le fait comme personne, avec élégance, distance et bienveillance, une main sur l’épaule. Une main qui disparaît dès que l’on se retourne…

Webmaster
  • Publication 663 vues9 mars 2018
  • Tags Dominique AWagram
  • Titres recommandés Corps de ferme à l'abandon Le reflet
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Cycle
  2. Désert d'hiver
  3. Toute latitude
  4. Les deux côtés d'une ombre
  5. La mort d'un oiseau
  6. Aujourd'hui n'existe plus
  7. La clairière
  8. Enfants de la plage
  9. Lorsque nous vivions ensemble
  10. Corps de ferme à l'abandon
  11. Se décentrer
  12. Le reflet