Dominique A - Vers les lueurs

Vers les lueurs


Un album de sorti en chez .

Qu’on ait eu la chance de côtoyer, même brièvement, Dominique A, ou qu’on soit simplement familier de son oeuvre, on sait que c’est quelqu’un qui brille par sa simplicité et la limpidité de sa démarche. A l’heure du neuvième album, c’est à dire bien au-delà du quota nécessaire pour avoir encore des choses à prouver, […]

Qu’on ait eu la chance de côtoyer, même brièvement, Dominique A, ou qu’on soit simplement familier de son oeuvre, on sait que c’est quelqu’un qui brille par sa simplicité et la limpidité de sa démarche. A l’heure du neuvième album, c’est à dire bien au-delà du quota nécessaire pour avoir encore des choses à prouver, hormis à soi-même, il n’est donc pas étonnant que "Vers les lueurs" soit le reflet de ce que Dominique A a vécu ces dernières années. Ainsi, après "La musique", album solitaire sur lequel notre homme avait tout fait tout seul ou presque, la tournée qui avait suivi avait marqué le retour de la vie en collectivité et d’un contact franc avec le public. Conséquence logique, "Vers les lueurs" est un album plus ouvert, plus organique et direct. 

C’est donc une solide base guitare, basse et batterie qui mène la danse sur l’album, soudée, sans brutalité mais sans faux-fuyants non plus, notamment sur des titres comme Ostinato ou Rendez-nous la Lumière. Mais Dominique A est trop exigent pour avoir la paresse de se contenter de reproduire sur disque ce qu’il a pu offrir sur scène. Ses nouvelles chansons se parent donc également, en plus des instruments déjà cités, d’autres sonorités, de clarinette notamment, qui ajoutent un brin de lyrisme à un propos résolument positif, à défaut d’être d’un optimisme qui n’aurait guère lieu d’être aujourd’hui. Sur Parfois j’entends des cris, il dit ainsi toutes les colères qui le traversent sans verser dans le misérabilisme et invite plutôt au réveil, sans user ni abuser non plus de métaphores absconses, sur une dynamique enlevée, véritable marque de cet album, émaillé de mélodies solaires. Je ne demande pas la lumière/quelques lumières seulement, peut-on ainsi l’entendre clâmer sur Quelques Lumières.

Autre conséquence notable de cet état d’esprit, rarement le chant de Dominique A, certes ici autant identifiable que sur ses autres albums, n’aura cependant paru libéré, que ce soit sur Ostinato, Quelques Lumières ou Vers le Bleu, morceau peut-être le plus touchant du disque. A aucun moment la lassitude ne pointe, à aucun moment il ne nous passe à l’esprit la volonté de noter un sentiment de déjà vu. Car si sur "Vers les lueurs" on se retrouve incontestablement en terrain connu, c’est parce qu’on a affaire à un artiste à l’empreinte forte, toujours aussi précieux et pertinent. Radoter, ce n’est pas pour lui.

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. Contre un arbre
  2. Rendez-nous la lumière
  3. Ostinato
  4. Parce que tu étais là
  5. Parfois j'entends des cris
  6. Close West
  7. Loin du soleil
  8. Quelques lumières
  9. Vers le bleu
  10. La possession
  11. Ce geste absent
  12. Le convoi
  13. Par les lueurs
  14. Mainstream (bonus track)
  15. Andromeda Lodge (bonus track)
  16. Ma jeunesse s'enfuit (bonus track)
  17. Où est l'enfant ? (bonus track)
  18. Plaines des sables (bonus track)