Barefoot and shitfaced


Un album de sorti en chez .

Paul “Robbo” Roberts et Andy Childs sont deux DJ anglais, métiers qu’ils ont choisi par amour pour la musique. Mais passer la musique des autres leur laissant un sentiment de frustration, ils décident de jouer leurs propres créations. C’est fin 1998, lors de la rencontre avec Steve Grainger, multi-instrumentiste très talentueux et amoureux de musiques […]

Paul “Robbo” Roberts et Andy Childs sont deux DJ anglais, métiers qu’ils ont choisi par amour pour la musique. Mais passer la musique des autres leur laissant un sentiment de frustration, ils décident de jouer leurs propres créations. C’est fin 1998, lors de la rencontre avec Steve Grainger, multi-instrumentiste très talentueux et amoureux de musiques expérimentales, que Elevator Suite prend sa forme définitive.
Ceux qui ont vu Elevator Suite en première partie de la dernière tournée européenne de Morcheeba se font sans aucun doute une fausse (et mauvaise) idée de ce qu’est la musique du trio anglais. Elevator Suite nous a en effet offert une prestation bien peu convaincante. Il en est heureusement tout autrement sur ce premier album “Barefoot And Shitfaced”, qui nous propose un mariage quasiment parfait entre deux influences a-priori assez antagonistes : la pop 60’s et l’électro. Des ambiances très différentes se succèdent tout au long de l’album et c’est un véritable voyage dans le temps et l’espace que nous offre Elevator Suite. On pénètre ainsi dans un club jazz enfumé pendant l’intro de Barefoot, pour se retrouver au calme à Hawaii pendant le titre de clôture qu’est Hammock. Elevator Suite égrène ainsi au fil des 11 titres de “Barefoot And Shitfaced” toutes les influences qui ont marqué les trois musiciens (soul, funk, easy listening, jazz, rock, électro, ambiances 60’s), tout en laissant libre cours à des expérimentations très personnelles (The Crown Caper, Dirty Little Job). Chaque titre est de plus enrichi par l’apport de nombreux instruments additionnels tels que la flute, le saxophone, la sitar, la trompette ou le piano.
Elevator Suite arrive donc à nous surprendre avec cet incroyable album, en recyclant avec un grand brio des influences musicales très diverses. On bouge sur les singles Man In A Towel et Backaround, on s’apaise sur Thinking Of You, Zoe’s Song ou Hammock, mais sur toutes les chansons, le plaisir est véritable. On écoute et on réécoute sans se lasser. C’est un signe de grande qualité.

Chroniqueur

La disco de Elevator Suite