Eté67


Un album de sorti en chez .

Tout commence par une sonnerie de téléphone et une voix désincarnée, samplée à l?infini : »? est indisponible pour l?instant » Puis des arpèges surviennent? c?est l?ouverture du maxi 4 titres d?Eté 67, projet de 5 musiciens (Nicolas, Renaud, Raphaël, Nicolas et Bryan) nostalgiques d?une époque qu?ils n?ont pas connue. Le chant est en français […]

Tout commence par une sonnerie de téléphone et une voix désincarnée, samplée à l?infini : »? est indisponible pour l?instant »
Puis des arpèges surviennent? c?est l?ouverture du maxi 4 titres d?Eté 67, projet de 5 musiciens (Nicolas, Renaud, Raphaël, Nicolas et Bryan) nostalgiques d?une époque qu?ils n?ont pas connue.
Le chant est en français et la voix très agréable, se positionnant d?emblée dans la mouvance « nouvelle vague de la chanson française » (on pense à Biolay, Benabar,?).
La première chanson diffuse une impression tenace de mélancolie latente, la seconde par contre est plus sautillante.
La troisième, « les pilules », débute par du clavier. C?est doux, feutré, et c?est le moment que choisit la guitare, un poil dissonante, pour se montrer.
Les textes traitent des maux et des souffrances du quotidien, en adéquation avec l?intimisme de la musique d?Eté 67.
« Terre inconnue », dernier morceau du CD, est entonnée par plusieurs voix, et ressemble à une plainte. Les arrangements de la seconde guitare sont très originaux sur ce titre.
En fait, le seul point noir de cet opus, c?est le son, qui fait beaucoup trop « autoproduit ».
Mais en tout cas, et cela est sûr, il plaira aux amateurs d?ambiances mélancoliques.

Chroniqueur

La disco de Eté67

Igloo
0%

Igloo

Eté67
0%

Eté67