Antidotes


Un album de sorti en chez .

7

Et une sensation de l’année, une. Sur la foi d’une poignée de singles impressionnants, les Britanniques Foals se sont placés à l’épicentre d’une belle vague dont les remous se sont propagés bien au-delà d’Oxford (ville natale de ces jeunots). Pour être précis, les secousses ont fait trembler jusqu’à New York, où les oreilles averties de […]

Et une sensation de l’année, une. Sur la foi d’une poignée de singles impressionnants, les Britanniques Foals se sont placés à l’épicentre d’une belle vague dont les remous se sont propagés bien au-delà d’Oxford (ville natale de ces jeunots). Pour être précis, les secousses ont fait trembler jusqu’à New York, où les oreilles averties de David Sitek, la tête chercheuse de TV On The Radio, ont frémi d’enthousiasme. C’est donc sous la houlette de Sitek que le groupe est entré en studio pour enregistrer ces onze “Antidotes”.

Déjà très sûrs d’eux, les Foals se sont même payé le luxe de congédier Sitek pour le mixage final de l’album, les premières propositions de ce dernier n’ayant pas eu l’heur de leur convenir. Ajoutez à cela que ces fortes têtes ont préféré ne pas faire figurer ici leurs renversants singles Hummer et Mathletics… Rien à dire : pour un premier essai, ça vous pose un groupe. Au point qu’”Antidotes” se place directement parmi les disques les plus attendus de ce début d’année.

La formule, indéniablement, est d’une efficacité redoutable : cavalcades et syncopes rythmiques, entrelacs rigoureux de guitares (avec usage immodéré des harmoniques et des cordes étouffées), voix martiales, quelques cuivres sauvages pour accentuer la sensualité brute des lignes de basse… Le titre de leur troisième single, Mathletics, était bien la meilleure définition de cette mixture à la fois intellectuelle et physique, quasi-tribale. En vérité, on s’étonne que ce mélange ambitieux ait fait naître autant d’espoirs, bien au-delà du public réduit que ce type de math-rock mâtiné de post-punk passionne. La grande performance de Foals est de rendre accessible cette musique complexe et finalement très théorique. Quelques amples refrains (Red Socks Pugie, Olympic Airways), et des mélodies renversante sont là pour prouver qu’il y a bien des chansons derrière ces équations.

On pourra toujours renâcler : “Antidotes” n’est pas parfait. Il faut, en particulier, reconnaître que s’il ne contient pas de titre faible, on y trouve en revanche beaucoup de redites. Mais reconnaissons l’évidence : ces Anglais ont, quoi qu’on en dise, une classe folle, et on peinera à trouver beaucoup d’albums plus stimulants en ce début d’année.

Chroniqueur

Tracklist

  1. The French Open
  2. Cassius
  3. Red Socks Pugie
  4. Olympic Airways
  5. Electric Bloom
  6. Balloons
  7. Heavy Water
  8. Two Steps, Twice
  9. Big Big Love (Fig. 2)
  10. Like Swimming
  11. Tron
  12. Hummer
  13. Mathletics

La disco de Foals

What Went Down7
70%
Holy Fire7
70%

Holy Fire

70%

Antidotes

Hummer
0%

Hummer

Mathletics
0%