The Sad Song


Un album de sorti en chez .

5

Cosmopolite (né à Londres d’un père américain), Fredo Viola grandit entre Rome et l’Angleterre avant de passer son adolescence à Los Angeles où il apprend à jouer du violon et du piano. Touche à tout, il devient soprano puis intègre une école de cinéma… avant de réaliser des pubs pour l’Oréal. Parce qu’il le vaut […]

Cosmopolite (né à Londres d’un père américain), Fredo Viola grandit entre Rome et l’Angleterre avant de passer son adolescence à Los Angeles où il apprend à jouer du violon et du piano. Touche à tout, il devient soprano puis intègre une école de cinéma… avant de réaliser des pubs pour l’Oréal. Parce qu’il le vaut bien, cette expérience lui permet de financer l’enregistrement de ses premiers morceaux qui sont rapidement remarqués par des personnalités aussi diverses que Neil Gaiman (auteur de BD et écrivain), Jonathan Demme (réalisateur du « Silence des Agneaux ») ou encore Massive Attack qui lui propose une dizaine de morceaux.

En préambule à la sortie de son premier album (« The Turn »), Fredo Viola nous propose de découvrir son univers à travers les titres de cet EP. Pièce maîtresse de l’album, le titre éponyme ouvre celui-ci et se voit décliner sur 3 remixes, dont le plus réussi est signé par les anglais de Tunng. De son passé de soprano, Fredo Viola a conservé le travail du chant. A ce titre, The Sad Song surprend par l’utilisation de la voix, utilisée ici de façon instrumentale. Ses lentes mélopées font penser à un orchestre de cordes tandis que sur l’électronica de Hogwash, il alterne country nasillarde, chœurs tribaux et pour finir complainte langoureuse.

Atypique et fantaisiste, l’univers de Fredo Viola ne demande qu’à éclore au grand jour.

Chroniqueur

Tracklist

  1. The Sad Song
  2. Hogwash
  3. Ether
  4. The Sad Song - Tunng Remix
  5. The Sad Song - Roland Appel Remix
  6. The Sad Song - Prinz Thomas Remix

La disco de Fredo Viola