Alone In The Black Wood


Un album de sorti en chez .

Depuis quelques disques sortis sur divers labels indépendants, ou sous la forme de CD-R, Tara Burke perfectionne un univers folk particulièrement ambiant et légèrement psychédélique. "Alone In The Black Wood" est son dernier album, dont le titre évocateur annonce déjà tout le programme à venir … On est rapidement plongé dans un état second, comme […]

Depuis quelques disques sortis sur divers labels indépendants, ou sous la forme de CD-R, Tara Burke perfectionne un univers folk particulièrement ambiant et légèrement psychédélique. "Alone In The Black Wood" est son dernier album, dont le titre évocateur annonce déjà tout le programme à venir …

On est rapidement plongé dans un état second, comme happé par les vapeurs mystiques du chant de Tara Burke et l’ambiance un brin terrifiante des nappes sonores qu’elle met en scène sur ce superbe disque. Fursaxa construit ses morceaux autour d’une voix absolument magnifique, qui rappellera, par moment, celle de Lisa Gerrard lorsqu’elle officiait comme chanteuse de Dead Can Dance. Les vocalises de Tara Burke semblent comme réverbérées et overdubbées en permanence, installant ainsi des volutes planantes et hypnotiques. Enfin, quelques nappes de claviers oniriques et de violons grinçants risquent bien de nous scotcher définitivement, notamment sur ce Black Haw particulièrement planant, ou encore  le très minimaliste Clé Elum que l’on croirait sorti de la bande son imaginaire d’un film de David Lynch.

Pour autant, les morceaux gardent des tournures folk-songs, comme ce Alone In The Black Wood autant porté par la superbe voix de Tara Burke que par des arpèges sévèrement dérangés. Sheds Her Skin commence à faire peur avec ses quelques accords hypnotiques plaqués sur une guitare acoustique qui semble revenue d’un autre temps en jouant des sons aigus et terrifiants. Après quelques envolés vocales, In The Hollow Wink Shoal rappelle un psychédélisme somme toute très hippie. Et sur les premières notes électriques de Of Tubal Cain, on a l’impression de retrouver un début de civilisation. Pour autant le morceau continue dans la lancée du disque et s’élance dans des directions particulièrement abrasives et presque bruitistes.

"Alone In The Black Wood" fait partie de ces disques de folk ambiants, dont l’aspect minimaliste fait ressortir une forte intensité d’écoute. L’esprit free qui y règne pourrait permettre de taxer l’album de "ardu mais gratifiant". Mais face à une actualité musicale un peu mollassonne, on apprécie d’autant plus l’audace d’une telle oeuvre.

Chroniqueur
  • Publication 187 vues30 avril 2007
  • Tags FursaxaATP
  • Partagez cet article

La disco de Fursaxa