The New Life


Un album de sorti en chez .

7

Post-punk, jangle pop, shoegaze, la sainte-Trinité du revival pour groupes en manque d’inspiration. Certains se plaignent, à juste titre, que ces groupes ne proposent rien d’autre qu’une copie-carbone de ces mouvements musicaux qui ont marqué de leur empreinte les années 70/80. D’autres, dont votre serviteur, se réjouissent de voir ces mouvements repris par une nouvelle […]

Post-punk, jangle pop, shoegaze, la sainte-Trinité du revival pour groupes en manque d’inspiration. Certains se plaignent, à juste titre, que ces groupes ne proposent rien d’autre qu’une copie-carbone de ces mouvements musicaux qui ont marqué de leur empreinte les années 70/80. D’autres, dont votre serviteur, se réjouissent de voir ces mouvements repris par une nouvelle génération biberonnée aux mêmes groupes références (The Cure, Joy Division, My Bloody Valentine, The Smiths). Tout est affaire de point de vue et il ne peut y avoir de compromis avec ce genre de phénomène, tu es « in » ou tu es « out ».

Si tu continues à lire ces lignes malgré cette intro un peu longue mais nécessaire, c’est soit que tu es « in » et donc quelqu’un aux goûts très sûrs, soit tu es « out » et donc un peu masochiste ou bien tu es un membre de ma famille (coucou !). Pour en revenir au sujet de cette chronique, les irlandais de Girls Names font partie de cette catégorie de groupes dont je parlais en introduction, pas franchement très imaginatifs, qui ont beaucoup écouté les groupes susnommés et s’en sont beaucoup inspiré (genre beaucoup beaucoup) pour composer leurs mélodies.

Alors oui « The New Life » est pour l’auditeur « in » une sorte de best-of de ces mouvements musicaux dont on parlait en introduction avec une dominante post-punk sur la première moitié de l’album (Pittura Infamante ; Drawing Lines et Occultation) avant de progressivement loucher vers une pop « néo-romantique » à coups d’arpèges de guitares eighties (A Second Skin) ou vers une kraut-pop plus enlevée sur les deux meilleurs titres de l’album (Projektion et The New Life).

Après un premier album qui avait vu le groupe irlandais surfer sur la vague garage-rock, on le retrouve plus sombre que jamais s’essayer au revival 80’s et même si, on le redit une nouvelle fois, cela n’a rien d’original, il faut reconnaître que ça marche plutôt pas mal. On avait pas entendu beaucoup de voix s’élever contre Faris Badwan et The Horrors à l’époque de leur deuxième album, lui aussi plus que pompé sur les années 80, espérons qu’il en soit de même pour Cathal Tully et Girls Names.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Portrait
  2. Pittura Infamante
  3. Drawing Lines
  4. Hypnotic Regression
  5. Occultation
  6. A Second Skin
  7. The Olympia
  8. Notion
  9. Projektion
  10. The New Life

La disco de Girls Names

The New Life7
70%
Dead To Me7
70%

Dead To Me