Where Have All The Merrymakers Gone


Un album de sorti en chez .

Harvey Danger, c’est pop ! Enfin, c’est la première impression que ce disque nous laisse… En effet, comment ne pas craquer sur les mélodies terriblement accrocheuses des deux premiers titres Carlotta Valdez et surtout du single Flagpole Sitta. Cette chanson est d’une bonne humeur incroyablement contagieuse, enfin en apparence (« I’m not sick but I’m not […]

Harvey Danger, c’est pop ! Enfin, c’est la première impression que ce disque nous laisse… En effet, comment ne pas craquer sur les mélodies terriblement accrocheuses des deux premiers titres Carlotta Valdez et surtout du single Flagpole Sitta. Cette chanson est d’une bonne humeur incroyablement contagieuse, enfin en apparence (« I’m not sick but I’m not well… »). Elle représente l’archétype du single que rêverait de sortir n’importe quel groupe de pop-rock. Mais attention, il y a le deuxième effet « Harvey Danger », car ce disque ne fait pas partie des albums-kleenex que l’on aime à la première écoute et qui nous gonfle dès la cinquième. Il prend même une plus grande ampleur après plusieurs auditions attentives. Chaque chanson fourmille en effet d’idées, de rythmes et de mélodies très différentes et les ambiances varient à l’intérieur d’un même titre. On passe souvent de passages plutôt calmes à des moments de furies guitaristiques noisy-rock (Woolly Muffler, Problem And Bigger Ones, etc.), tout ceci agémentée d’une basse au son puissant et souvent saturé (Old Hat, Jack The Lion). S’il y a un disque qui marie avec bonheur pop ultra-efficace et rock énergique, c’est bien celui-ci.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Carlotta Valdez
  2. Flagpole Sitta
  3. Wooly Muffler
  4. Private Helicopter
  5. Problems And Bigger Ones
  6. Jack The Lion
  7. Old Hat
  8. Terminal Annex
  9. Wrecking Ball
  10. Radio Silence