Hope Sandoval And The Warm Inventions - Through the Devil Softly

Through the Devil Softly


Un album de sorti en chez .

Hope Sandoval a quarante-trois ans au moment de la sortie de ce disque. Pourtant, la sirène mexico-américaine, mais avant tout Californienne, entretient son territoire avec la même nonchalance que par le passé. Sa légende et celle de son premier groupe, Mazzy Star, sont de celles qui, peu courues, en viennent au statut de culte. Ainsi, […]

Hope Sandoval a quarante-trois ans au moment de la sortie de ce disque. Pourtant, la sirène mexico-américaine, mais avant tout Californienne, entretient son territoire avec la même nonchalance que par le passé. Sa légende et celle de son premier groupe, Mazzy Star, sont de celles qui, peu courues, en viennent au statut de culte. Ainsi, elle avait avec "So Tonight That i Might See" (1993) offert l’un des meilleurs disques des années 1990, mais attention ; on n’obtient pas si facilement une vue propice sur son magnifique talent. Il faut de la patience. Ses disques sont de ceux qui s’écoulent lentement au fond de vous jusqu’à vous paraître indispensables. Bientôt, il vous semble que sa voix tellement particulière, cette sorte de caresse vocale si intime, ne s’adresse parfois qu’à vous. Dans les subtilités d’articulations mélodiques repérées de vous seul, l’artiste vous fait signe.

Le batteur Colm O’Ciosoig de My Bloody Valentine (référence répétée mais tellement, tellement immense) apportait sur "Bavarian Fruit Bread" (2001), le précédent album, un peu de témérité. Mais pour la plus grande partie, Hope nous déroulait son grand fleuve avec ce lit si distinct, aux influences somme toute suffisamment subtiles ; Velvet Underground ou Bert Jansch en tête. La mélancolie du troubadour Nick Drake n’était pas étrangère au fort mystère qui entourait cette nouvelle Sandoval. Douces comptines d’un autre temps se prêtaient à merveille à la voix susurrée de la chanteuse sensuelle, qui roulait dans une atmosphère de coton de belles pièces de folk de rêve, féerie mouvante mâtinée de cordes dont on appréciait le pouvoir hypnotique.
 
"Through the Devil Softly" se pose comme une autre antiquité moderne de la part d’un groupe qui prend son temps. L’aura du groupe n’a pas changé ; d’ailleurs, il pourrait s’agir d’un projet solo simplement intitulé : Hope Sandoval. Car c’est d’elle que viennent les transformations d’un son qui finit enfin, après toutes ces années, à coller à sa peau. Du temps de Mazzy Star, elle écrivait tous les morceaux. Mais c’est aujourd’hui, dans les volutes sombres et intimistes de ce disque contemplatif, que l’on trouve le plus de sa personne et de sa solitude de tempérament. "Through the Devil Softly", à la fois doux et inquiétant, est celui que l’on attendait, qui révèle enfin ce que c‘est que d’être Hope Sandoval. Magnifiques ambiances dès les premières notes de Blanchard, dont les motifs se répèteront dans votre tête comme un écho ; "For the Rest of Your Life" évoque Portishead. Sur la plupart des autres plages, amenées par une instrumentation sublime, subtile et variée, par touches de doigts de fée.

The Warm Inventions ont la capacité à aller au fond des illusions que sous tend l’imagerie épileptique de Sandoval ; loin de papillonner, le récit progresse lentement dans des lueurs en demi-teinte, plus proches d’un crépuscule enveloppant et bienfaiteur.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Blanchard
  2. Wild Roses
  3. For The Rest Of Your Life
  4. Lady Jessica and Sam
  5. Sets The Blaze
  6. Thinking Like That
  7. There's A Willow
  8. Trouble
  9. Fall Aside
  10. Blue Bird
  11. Satellite