Gllia


Un album de sorti en chez .

Si Kazumasa Hashimoto était une girafe, ce serait une girafe migratrice. Ce compositeur japonais a en effet visité trois labels en autant d’albums. Après Plop et Flyrec, Noble vient compléter son petit parcours de santé façon industrie musicale du Soleil Levant. Avec « Gllia », ce chef d’orchestre moderne reste fidèle à ses premières amours. Musique classique […]

Si Kazumasa Hashimoto était une girafe, ce serait une girafe migratrice. Ce compositeur japonais a en effet visité trois labels en autant d’albums. Après Plop et Flyrec, Noble vient compléter son petit parcours de santé façon industrie musicale du Soleil Levant.

Avec « Gllia », ce chef d’orchestre moderne reste fidèle à ses premières amours. Musique classique et électronique se tutoient avec sympathie et respect. De charmantes mélodies de piano, des montées de cordes, des sonorités diverses et espiègles, telles trompettes et clarinettes, la recette s’avère toujours aussi efficace. Seule une voix à la froideur numérisée semble par moments freiner la magie des titres.

Kazumasa Hashimoto a le chic pour composer des morceaux à la fois philanthropiques et extrêmement chaleureux, à l’image de Ne connissons ou Drama. On se laisse agréablement bercer par un souffle de nostalgie qui réchauffe nos petits conduits auditifs crasseux. Rarement la musique électronique a semblé aussi accueillante et généreuse.

Si « Gllia » n’étonnera pas outre mesure les fans du bonhomme, il aura tout de même le mérite de les émerveiller, une fois de plus. Trois labels, trois albums, trois magnifiques réussites, trois fois bravo monsieur Hashimoto.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Theme
  2. Mr. Gleam
  3. Monochrome prome
  4. 001 [far]
  5. Ne connissons
  6. Ruinruin
  7. Gllia
  8. 002 [esbia]
  9. Milmils
  10. Drama
  11. The happy days passed like a dream
  12. Curtainfall

La disco de Kazumasa Hashimoto