Klaxons - Surfing The Void

Surfing The Void


Un album de sorti en chez .

On a coutume de dire que le plus dur commence lorsque, comme les Klaxons en 2007, vous êtes propulsés sous le feu des projecteurs dés votre premier album, le remarqué "Myths Of The Near Future" et sa constellation de tubes. Oui mais voilà, désignés porte-drapeau d’un mouvement (la nu-rave) définitivement rangé au rayon des objets […]

On a coutume de dire que le plus dur commence lorsque, comme les Klaxons en 2007, vous êtes propulsés sous le feu des projecteurs dés votre premier album, le remarqué "Myths Of The Near Future" et sa constellation de tubes. Oui mais voilà, désignés porte-drapeau d’un mouvement (la nu-rave) définitivement rangé au rayon des objets perdus, les Klaxons se sont semble t’il quelque peu reposé sur leurs lauriers fraichement coupés et ont éprouvé toutes les peines du monde à accoucher d’un successeur digne de ce nom. La rumeur veut que "Surfing The Void" ait été une première fois refusé par leur maison de disques qui ne le jugeait pas assez bon (comprendre pas assez vendeur). Partis s’exiler à Los Angeles, les Klaxons ont trouvé l’inspiration auprès de Ross Robinson, connu pour avoir fricoter avec toute la clique néo-métal (Korn, Slipknot…).

Tout ces éléments réunis n’auguraient rien de très bon pour le dénommé "Surfing The Void" qui, à défaut de bien se vendre, risquait de bien faire rire dans les chaumières, à l’image de sa pochette particulièrement réussie. Alors, les Klaxons ont ils été emporté par le fameux « syndrome du deuxième album », une sorte de triangle des Bermudes musical qui a englouti plus d’un fier à bras ? La réponse est non, n’en déplaise aux vautours qui commençaient déjà à tourner autour de leur carcasse.

Avec cette nouvelle mouture, les anglais ont réalisé un album plus homogène que "Myths Of The Near Future", reposant moins sur ses tubes (rares). La présence de Robinson à la production ne passe pas inaperçue, le son des Klaxons est ici plus rock, plus lourd. Les guitares supplantent les synthés, la rythmique vous transpercent les tympans, on comprend mieux que le bonhomme ait pu bosser avec Sepultura par le passé. Pour autant les Klaxons ne se sont soudainement pas transformé en headbangers. On retrouve sur l’excellent single Echoes, sur la bombe sonore Flashover ou sur le morceau titre Surfing The Void, les mêmes ingrédients qui avaient fait le succès de tubes tels que Gravity’s Rainbow, Magick ou Atlantis To Interzone, à savoir une mélodie hypnotique jouée en boucle, portée par des basses étouffantes et des riffs de guitares acérés, le tout chapeautée par la voix haut perchée de Jamie Reynolds.

Au final, malgré de nombreuses craintes quand à son contenu, on ressort plutôt rassuré de l’écoute de "Surfing The Void", un album qui ne regonflera sans doute pas la baudruche hype et flashy de leurs débuts mais n’est-ce finalement pas un mal pour un bien ?

Chroniqueur
  • Publication 148 vues16 octobre 2010
  • Tags KlaxonsPolydor
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Echoes
  2. The Same Space
  3. Surfing the Void
  4. Valley of the Calm Trees
  5. Venusia
  6. Extra Astronomical
  7. Twin Flames
  8. Flashover
  9. Future Memories
  10. Cypherspeed

La disco de Klaxons