pochette-lambchop

Flotus


Un album de sorti en chez .

7

Après vingt ans d'une carrière exemplaire, Kurt Wagner bouge le curseur et se met au vocoder.

Prononcez le nom de Lambchop et vous ne trouverez pas grand monde pour vous en dire du mal. Logique puisque la troupe menée par Kurt Wagner est dans le paysage depuis plus de deux décennies et peut s’enorgueillir d’avoir, de l’avis général, redonné ses lettres de noblesse à la country, genre qui, avant, était devenu galvaudé ou au mieux réservé à quelques nostalgiques des années ’60. Cependant, l’admiration que l’on portait à Lambchop se teintait, il faut le reconnaître, de politesse, et on ne se sentait pas forcément tenus de défendre leurs derniers albums bec et ongles. Bref, Kurt Wagner avait certainement senti que le ronronnement s’installait gentiment et qu’il fallait y remédier.

In Care Of 8675309, en dépit de son titre étrange, ouvre l’album sur quelques notes de guitare tranquilles, en tempo lent. Terrain a priori connu, mais dès que le chant s’installe, l’attention est immédiatement retenue par l’utilisation du vocoder, procédé habituellement dévolu à l’electro, au hip-hop ou au r’n’b, et souvent utilisé pour masquer des limites vocales ou créer des effets psyché pas franchement dans le ton de la néo-country mélancolique d’un groupe comme Lambchop. Mais le contraste entre ces vocaux métalliques et les arrangements soignés de ce long morceau qui franchit les dix minutes en toute quiétude se révèle intrigant et ébauche l’identité d’une country 2.0, qui voit s’ouvrir de nouveaux horizons sonores sans que son ADN ne soit pour autant remise en question. La suite de l’album enfonce le clou avec subtilité, phrase a priori paradoxale qui exprime néanmoins ce qu’on ressent à l’écoute de Flotus ou JFK. En plus du vocoder, de petits beats electro viennent se mêler aux lignes de piano avec naturel et emmènent la musique de Lambchop dans une dimension moderne, mais sans rien forcer.

S’il fallait trouver une limite à “Flotus”, ce serait même son caractère légèrement indolent et la permanence d’un tempo soft tout le long de l’album qui franchit les soixante minutes (The Hustle, qui conclut le disque, affiche 18 minutes). Conséquence, on décroche parfois, la musique devenant un fond sonore agréable, certes, mais davantage dans l’ambiance que la prégnance. Mais “Flotus” contient de vrais moments de grâce et de raffinement. Même s’il est rare qu’on aborde un album sous cet angle, il n’est pas interdit de le segmenter pour en profiter pleinement et goûter la mue sereine de Lambchop.

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. In Care of 8675309
  2. Directions to the Can
  3. Flotus
  4. JFK
  5. Howe
  6. Old Masters
  7. Relatives #2
  8. Harbor Country
  9. Writer
  10. NIV
  11. The Hustle