pochette logar

A Year In A Life


Un album de sorti en chez .

7

Un premier album de genre, raffiné, forcément attendu au tournant.

A priori, rien de plus simple, sur la forme du moins, de débarquer avec une guitare, une voix et quelques percussions pour produire un premier album avec un minimum de moyens. C’est ce que propose Clément Faure, le Lyonnais qui se cache derrière Logar, sur “A Year In A Life”. Evidemment, les choses ne sont pas aussi simples et se présenter de la sorte expose même à de gros écueils : risque de monotonie, manque de force des compositions, faiblesse d’incarnation des chansons à cause d’un chant pas au niveau, n’en jetez plus… Et encore, c’est sans compter sur les sempiternelles références auxquelles il faut se mesurer. Là, le défi est d’autant plus grand que les lignes de guitare parcimonieuses, les percussions discrètes en arrière plan évoquent immédiatement Nick Drake, figure pour beaucoup absolue d’une musique austère de prime abord mais indépassable de par son pouvoir évocateur et émotionnel.

La première bonne idée de Logar est de ne pas chercher à en rajouter niveau pathos ou emphase et au contraire de ne jamais s’extraire totalement d’une certaine légèreté de ton, qui donne à un morceau comme Anyway un charme solaire du meilleur effet. Clément Faure joue également avec habileté de sa voix assurée, bien posée, qui offre un joli relief à ses morceaux sans aller trop loin. On en a quelques jolies démonstrations tout au long de l’album, de l’inaugural Spring (Doesn’t Know My Name), single qu’on connaissait déjà, à Summer, morceau au rythme doucement enlevé et sur lequel les percussions font merveille. Et si d’autres passages retiendront légèrement moins l’attention, jamais on ne tombe dans une médiocrité qui renverrait l’album à un objet purement anecdotique.

Logar peut même s’honorer de quelques moments forts qui feront de “A Year In A life” un album qui comptera aussi dans cette année musicale : en plus de Summer et Spring (Doesn’t Know My Name), on peut ainsi citer le superbe Fall, impeccablement interprété, touchant par l’émotion qu’il dégage et virtuose dans sa construction quand le rythme s’emballe doucement avant le final. Le même constat s’applique à Winter, sur lequel il faut d’abord tendre l’oreille avant qu’une guitare électrique inattendue et une batterie plus virulente viennent brièvement offrir un souffle salutaire à un morceau encore une fois empreint d’émotion. Avec ce journal d’une année, réelle ou imaginée, peu importe, de sa vie, Logar offre un bel album de folk contemplatif, qui retient souvent le meilleur de ses modèles pour mieux mettre en exergue sa singularité.

Rédacteur en chef
  • Publication 865 vues8 mai 2018
  • Tags Logar
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Spring - Doesn't Know My Name
  2. The Rose
  3. April Fool
  4. Little Bird
  5. Anyway
  6. Summer
  7. Goin' Back Home
  8. Monsters and Witches
  9. Fall
  10. Rain, Wind and Snow
  11. Winter
  12. Danny Boy

La disco de Logar

A Year In A Life7
70%