C’mon


Un album de sorti en chez .

9

Il y a 4 ans, Low avait laissé une partie de son auditoire de fidèles dans le plus profond désarroi. Difficile en effet de s’approprier un « Drums and Guns » ô combien introspectif, seul le temps aura permis d’en dénicher les secrets les mieux gardés (Breaker ; Murderer ; In Silence ). On craignait que nos […]

Il y a 4 ans, Low avait laissé une partie de son auditoire de fidèles dans le plus profond désarroi. Difficile en effet de s’approprier un « Drums and Guns » ô combien introspectif, seul le temps aura permis d’en dénicher les secrets les mieux gardés (Breaker ; Murderer ; In Silence ). On craignait que nos mormons de Duluth dans le Minnesota ait perdu la foi, celle qui leur a fait écrire quelques uns des meilleurs albums de ce que l’on appelle le slowcore, au cours des 17 dernières années et des 9 albums qui en ont découlé. Le couple Alan Sparhawk/Mimi Parker semblait plus préoccupé par un projet parallèle nommé Retribution Gospel Choir pour lui et par une vie de famille chronophage pour elle, pour nous inciter à l’optimisme sur l’avenir du trio.

On fut donc d’autant plus ravis d’apprendre la sortie de « C’mon », une neuvième réalisation enregistrée dans une église comme cela avait été le cas pour l’un des tout meilleurs albums du groupe (« Trust » en 2002). Si le choix de ce lieu, de moins en moins incongru, a sans doute flatté leur ego de dévot, il s’explique surtout par la reverbe naturelle qu’offre ces lieux de culte, à même de flatter les ambiances aériennes et torturées, les harmonies éthérées chères au trio (ici renforcé par Nels Cline à la pedal-steel et Caitlin Moe au violon).

Comme son nom pouvait le laisse suggérer, « C’mon » voit le groupe sortir de la torpeur qui suintait de tous les pores du précédent opus. Il s’agit probablement de l’album le plus abordable de leur discographie, ce qui aura sans doute le don d’irriter certains irréductibles de l’époque slowcore car à l’écoute de ces 10 nouveaux titres, on peut se poser la question de savoir si Low est toujours un groupe de slowcore ? On pencherait plutôt pour un mélange folk/country certes assez sombre mais doté d’une pincée d’optimisme, jusque dans les choeurs d’un Especially Me, véritable petit bijou de cet album et l’un des meilleurs titres jamais écrits par le groupe. On ajoutera à la liste des réussites de cet album You See Everything, Witches et son banjo ensorcelant ou encore les 8 minutes de l’envoûtant Nothing But Heart.

Au final, Low prouve une fois de plus, si besoin était, qu’il est l’un des groupes majeurs de sa génération. Un groupe pas toujours récompensé à la juste valeur de tout ce qu’il a apporté, et apportera encore on l’espère, à l’histoire du rock.

Chroniqueur
  • Publication 470 vues17 août 2011
  • Tags LowSub Pop
  • Partagez cet article

Low

  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. C U Girl

La disco de Low

Double Negative9
90%

Double Negative

Ones and Sixes7
70%

Ones and Sixes

The Invisible Way9
90%

The Invisible Way

90%

C’mon

Drums and Guns
0%
The Great destroyer
0%
Trust
0%

Trust

Secret name
0%

Secret name

Long division
0%
Long Division9
90%

Long Division