Hungry Dirty Baby


Un album de sorti en chez .

7

Parée de son langage universel, Mademoiselle K revient !

Déconnectée de sa major pour un défaut de langage, Mademoiselle K revient.  Son nouvel album à la main et quelques vers anglo-saxons autour du cou. Écoute.

On la connaissait féline, portant ses mots comme des griffes et ses riffs comme des coups. Désormais sur le retour, les armes restent. Mais plus aiguisées encore. Avec son nouvel album, Katerine Gierak justifie tout le courage dont elle a dû faire preuve. Celui d’assumer ses orientations artistiques, jusqu’à devoir s’autoproduire.

« Hungry Dirty Baby » et ses 12 pistes est aussi glacial qu’incandescent. Portant le désespoir comme une rage, K sait illuminer les ondes de ses cris rageurs et mélodieux. Tout en nous enveloppant dans la plus froide des chaleurs, la mélancolie. Mais cet album est surtout punk. Les titres R U Swimming, Hungy Dirty Baby et Laaa La en témoignent. Les riffs se font endiablés, on sent la caisse claire souffrir et le charleston s’ouvrir et se refermer à l’infini. Des titres dignes des clubs punk les plus crades.

Punk oui, mais pas seulement. Certains titres pourraient se ranger dans une certaine pop ténébreuse. Encerclés par une voix d’outre tombe qui ne se laisse que deviner dans les couplets, et par des guitares qui nous fuient, fortes de leur réverbération. On les voit alors réapparaître jusqu’à nous pendre aux coups des émotions. Love Robots en est l’exemple parfait. Sans être, cependant, le seul du genre. Ur Wow ou bien Morning Song, aussi, se distinguent, nous réservant cette voix aussi lyrique qu’éraillée par les écorchures que l’on devine.

Puis il y a du plus traditionnel. Où l’on retrouve la Mademoiselle K d’antan. Son son basse si particulier et son insolence propre. Comme par exemple sur Watch Me. Ou bien encore sur  C La Mort où l’on retrouve carrément sa gouaille, en français dans le texte, qui nous crie que tout le monde meurt dans la vie et que tout le monde oublie.

« Hungry Dirty Baby » est un album complet. Sublime d’énergie, de mélancolie et de surprises. Où l’on entend hurler les angoisses dans la détermination ultime d’éviter les pièges les plus mortuaires. Qu’on se rassure et qu’on la rassure : cette Mademoiselle K là n’en finira pas de renaître. Et ce sans jamais mourir. De quoi faire des jalouses et des jaloux majeurs.

Chroniqueur

Tracklist

  1. I CAN RIDE A FUCKED UP BULL
  2. GLORY
  3. R U SWIMMING?
  4. HUNGRY DIRTY BABY - FUCK YOU
  5. LOVE ROBOTS
  6. WALK OF SHAME
  7. UR WOW
  8. WATCH ME
  9. LAAA LA
  10. MORNING SONG
  11. SOMEDAY
  12. C LA MORT - Bonus Track

La disco de Mademoiselle K