A Brighter Beat


Un album de sorti en chez .

Malcolm Middleton vient de sortir son dernier album "A Brighter Beat", après dix ans de bons et loyaux services au sein d’un groupe aussi essentiel qu’Arab Strap et deux disques solos. Au programme : un songwriting dépressif dont les thèmes sont centrés avant tout sur une bonne cuite, un coup d’un soir et une dose […]

Malcolm Middleton vient de sortir son dernier album "A Brighter Beat", après dix ans de bons et loyaux services au sein d’un groupe aussi essentiel qu’Arab Strap et deux disques solos. Au programme : un songwriting dépressif dont les thèmes sont centrés avant tout sur une bonne cuite, un coup d’un soir et une dose d’antidépresseurs. Une écoute rapide de ce dernier album laisse à penser que Middleton a continué d’écrire dans cette voie. Voilà qui plaira aux apprentis Houellebecquiens.
 
L’album débute sur une collection de titres
très électriques s’enchaînant sur les chapeaux de roue, avant d’effectuer un virage plus acoustique et dépressif. L’inaugural We’re All Going To Die ternit un brin l’ambiance : la faute à une rythmique rentre-dedans et des claviers un brin désuets, d’où semble s’extirper une horrible mélodie celtique. Une erreur qui, heureusement, ne sera pas reproduite sur le reste du disque. A Brighter Beat et Death Love Depression Love Death réussissent à faire s’entrechoquer des ambiances plutôt introspectives avec des constructions plus rock : les arpèges sont cristallins, les riffs électrisants et les basses ronflantes.

Pourtant cette efficacité cache des textes d’une grande noirceur qui, à l’image des titres de l’album, semblent vouloir explorer différentes phases de la dépression nerveuse. Impression confirmée sur le superbe Fight Like Night, construit sous la forme d’un dialogue masculin/féminin. Mais dès Fuck It Love I Love You, Malcolm Middleton lève un peu le pied, et se lance sur des ballades pop plus légères. Après avoir touché le fond, les mélodies se font plus claires, et l’on entrevoit même une petite touche d’espoir. Comme ce Somebody Loves You, qui semblent prendre une direction presque folk rappelant même, n’ayons pas peur des mots, Elliott Smith.
 
Sur "A Brighter Beat", Malcolm Middleton semble encore obsédé par les ambiances sombres rappelant, avec peut-être moins de romantisme, celle que son ancien compère, Aidan Moffat, créait pour Arab Strap. Mais les talents de compositeur de Middleton permettent au disque de partir dans de nombreuses directions, d’essayer quelques pistes avant de les abandonner, de se faire tantôt électrique tantôt acoustique, rock et pop. Un bien joli mélange, à l’image de la superbe et emphatique conclusion qu’est Superhero Songwriters.

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. We're All Going to Die
  2. Fight Like the Night
  3. A Brighter Beat
  4. Death Love Depression Love Death
  5. Fuck It, I Love You
  6. Stay Close Sit Tight
  7. Four Cigarettes
  8. Somebody Loves You
  9. Up Late At Night Again
  10. Superhero Songwriters